L‘an dernier, le cul vissé à mon canapé, j’étais affairé à trier des photos. Je m’étais fixé comme objectif de ranger la maison. Après ma séparation, mon ex et moi, nous voulions la mettre en vente rapidement. Le but était de l’alléger, de virer tout ce qui pouvait l’encombrer, de faire le vide. Puis, j’avais lu un bouquin sur l’art de revenir à l’essentiel. L’occasion était rêvée de mettre tout ça en pratique. Une maison mieux organisée, pour le bordélique de nature que je suis, c’était un défi intéressant. Je m’étais employé, des jours durant, à faire de grands sacs : des choses que je voulais donner, d’autres que je voulais jeter. Et ce jour-là, alors que je triais les photos, elles m’ont fait vraiment réaliser que le temps passait vite, très vite et que toutes ces années ne me seraient jamais rendues. J’aimerai tout d’abord que tu réalises la même chose…

Dans ma propre vie, je suis en train de vivre une expérience extrêmement déroutante. Toutes mes croyances sont ébranlées ! Je me suis fait larguer après presque 10 années de vie commune, j’ai alors traversé un moment de souffrance (assez classique dans ces moments là je pense, haha) qui m’a donné l’impression de me réveiller. De devenir plus conscient. Depuis, je pratique la méditation, je m’intéresse beaucoup à la spiritualité et j’ai même décidé depuis peu de me lancer dans un changement encore plus radical de mon alimentation (J’essaye le véganisme pendant 30 jours).

Et pourtant, je dois le dire, le répéter, je n’étais pas du tout tourné vers ces choses là. Elles ne m’intéressaient pas du tout. Je n’avais pas de prédisposition, tu vois ? Suite à ce réveil, à cette impression de supprimer le pilotage automatique de ma vie et de la prendre en main, je me suis mis à observer des changements dans mes comportements. J’ai surtout ressenti quelque chose de très nouveau. Chaque situation, chaque rencontre, chaque dialogue avec quelqu’un me donnait une profonde impression de fraîcheur. Je ressentais du fond du cœur que j’étais libre de chacune de mes réponses. Je pouvais réagir à une critique par de la colère ou du mépris. Avant, la question ne se posait pas. On me stimulait, je répondais au stimuli. J’étais conditionné à réagir de la même manière aux événements. Et forcément, avec le recul, je passais mon temps à vivre des situations identiques. Je m’embrouillais avec mes amis, pour des conneries la plupart du temps… Depuis mon réveil, je sens la possibilité de répondre aux stimuli en étant libre. Et quelque chose en moi me pousse à y répondre avec amour… Alors qu’avant je m’en tamponnais pas mal, je me surprends à regarder le ciel et à halluciner devant la beauté et la magnificence des spectacles qu’il livre, chaque jour. Gratuitement…

Et là, c’est le drame. Je tomberai sur un article comme ça, je me dirai que la durite a été pétée. Que le gonze a perdu les pédales. « Il se prend pour Jésus ou quoi cet illuminé ? » Je ne sais même pas si l’ancien Tony aurait lu cet article jusqu’ici pour être honnête. Qu’un mec me raconte sa vie, rien à carrer. Qu’il se mette à parler spiritualité et c’était définitif, ce n’était pas pour moi…

La chose qui me semble la plus importante que j’ai envie de partager, c’est que depuis que j’ai fait ce choix conscient de m’efforcer, à chaque fois que cela m’est possible, de répondre aux stimuli extérieurs en faisant le choix de l’amour, du non-jugement, en essayant de me montrer aussi humble et altruiste que possible, de la magie est entrée dans ma vie !

Et c’est pour ça que même si je découvre tout ça depuis peu, je me dois de le partager. Je me dois d’essayer de réveiller ceux qui dorment. Ceux qui courent après les possessions matérielles. Ceux qui sont prêts à tout pour plus de pouvoir, de notoriété, d’argent. Ou ceux qui se sentent victimes de leur vie. Qui accusent Dieu ou le destin, je ne sais pas. Ce n’est pas la bonne voie. J’ai passé une partie de mes jeunes années sur cette voie moi aussi. Je me bouffais des claques de la part de la vie sans comprendre que c’était des signes pour me pousser à évoluer, à grandir…

Et là, depuis que j’ai fait un choix conscient. Un vrai choix. Que j’ai pris avec moi même cet engagement de ne pas laisser mon ego dicter mes décisions et mes réactions. Que j’ai préféré mettre l’amour au centre de tout, il se passe des choses incroyables dans ma vie.

Je pense que je n’en suis qu’au début. J’ai commencé à vivre autant que possible dans le moment présent. J’ai repris mon corps et mon énergie en main (sport & alimentation), j’ai décidé de pardonner des gens qui ont pu être une source de souffrance pour moi. Cela n’a pas été facile, je ne suis pas en train de dire que je suis un saint. Mais j’ai senti que j’avais le choix de faire tout ça. Et, c’est ce qui me semblait le plus juste, le plus positif. Alors, je l’ai fait…

La principale incidence d’être dans le moment présent, (c’est à dire, ne pas se laisser embarquer par ses pensées, d’essayer d’être là, pleinement là, ici et maintenant, le plus souvent possible, même quand on conduit, quand on fait la queue au supermarché, quand on mange etc… Toutes les occasions sont bonnes pour essayer d’être là, ici et maintenant…) c’est que je prête attention au monde extérieur comme je n’y avais jamais prêté attention auparavant. Et je vois des signes. Des synchronicités. Des choses m’arrivent de manière si incroyables que le sceptique en moi à été obligé de baisser les armes.

J’ai toujours pensé que Dieu n’était qu’une invention de l’homme pour alléger la souffrance de sa vie. La vie n’avait pas de sens. Il fallait bien qu’on se rattache à quelque chose. J’ai eu une sœur handicapée. Très jeune, je me suis mis à nier l’existence de Dieu. Si Dieu était là, pourquoi est-ce qu’il pouvait faire subir ça à cette adorable petite fille ? Où était l’amour là-dedans ? Quand j’étais amené à parler de la mort avec des amis, j’avais une petite réponse toute faite qui me convenait bien. La mort, on l’avait déjà vécu avant notre naissance. C’était ce néant. On ne se souvenait de rien et pourtant, les siècles d’histoire étaient là pour nous prouver que le temps était passé. J’y croyais dur comme fer. C’était pas la version que je préférais. Elle était pessimiste. Mais, je la trouvais très raisonnable. Cohérente en tous cas.

Depuis mon réveil, j’attire à moi des personnes qui ont vécu la même chose que moi : cette impression de se réveiller. C’est troublant. On se conseille des livres, des documentaires. On s’apporte des ressources pour essayer de comprendre. Hier, alors que je marchais en plein Bordeaux avec une amie, mon regard est attiré vers le sol. Il s’agit d’une carte de visite. Je reconnais immédiatement les couleurs de l’entreprise. C’est la carte de visite de mon ancien patron.  Un employeur que j’ai attaqué aux prud’hommes. J’ai gagné mon procès mais il a fait appel. Le délibéré aura lieu à la fin du mois. Et paf, dans une ville de plusieurs milliers d’habitants, je tombe par hasard sur sa carte de visite. Le mois qui précède l’issue d’un procès qui m’a pourri la vie et que j’attends depuis des années…

Évidemment, je reste scotché sur place, la bouche entrouverte. Des signes comme celui là, des synchronicités que quelque chose s’active autour de moi, j’en observe sans arrêt. Elles sont là. À portée de main la plupart du temps. Encore faut-il les voir. Je médite, je suis dans le moment présent, je cultive la gratitude, je suis positif et je les vois. Et ça donne une dimension incroyable à l’existence. Le pessimiste que j’étais n’en revient pas. Le petit exemple que je donne n’est qu’un petit exemple, je ne base pas uniquement ma croyance nouvelle là-dessus. Il y a aussi cet article que j’ai lu et qui a résonné en moi. En le lisant, j’ai compris que c’est ce qui était en train de m’arriver… Les « symptômes » (comme si c’était une maladie, le truc rassurant :)), j’en ai ressenti des effets avant de lire cet article. L’article n’a fait que conforter ce qui m’arrivait. J’ai commencé à être gêné par l’odeur du poulet en ouvrant la barquette, ça me soulevait à moitié le coeur. Puis, j’ai fait une intoxication alimentaire terrible après avoir consommé un gros burger saignant de viandard…

Je suis un garçon un peu craintif. Mais, toutes les vidéos que je regarde, la plupart des choses que je lis sur le sujet, semblent être des évidences. Je crois que ma vie ne sera effectivement plus jamais la même. Et, avec mes modestes moyens, mon franc parler et mon expérience de tout ça, j’aimerai essayer de participer à ton réveil à mon tour. Pourquoi ? Parce que je pense que ça fait partie de l’une de mes missions ici, sur terre. Et accroche toi à ton slip parce que je vais te raconter une dernière petite anecdote avant de te laisser tranquille. Quand j’étais adolescent (j’ai grandi 13 ans sur l’île de la Réunion), on avait un couple de voisins. Ils étaient adorables mais ils étaient « chelou« . Lui, il pratiquait l’acupuncture et la médecine chinoise. Il était super cool mais il y a un truc qui me gênait dans son discours. Il me disait qu’il pouvait communiquer avec son chien. Avec sa femme, ils faisaient même du spiritisme à l’occasion. Un soir alors qu’on dînait chez eux, mes parents acceptent d’essayer. Il sort une planche de ouija. Je ne me souviens pas en détail de toute la soirée, juste d’une chose qu’il a gravé en moi depuis ce jour. Il m’a dit, de but en blanc que ma mission de vie, c’était d’ouvrir les yeux

Sur le coup, je ne comprends pas. Il m’arrive de temps en temps, et des années après, d’y repenser. Ça me revient. J’essaye toujours de comprendre dans quelle mesure je peux aider les autres à ouvrir les yeux… Normal que je ne trouve pas de réponse, les miens sont encore fermés… Je vois le négatif sans arrêt, je prends la vie avec ingratitude, j’utilise les autres pour arriver à mes fins, mon corps est une poubelle… Pourquoi est-ce que l’univers se serait manifesté ? J’avais une attitude détestable, égoïste.

Quand l’élève est prêt, le maître apparaît…

Maintenant, et même si c’est tout nouveau pour moi, je veux essayer de participer à faire le bien. Et tu sais quoi, on a besoin de toi aussi. Le monde a besoin que tu te réveilles, que tu quittes ce travail sans intérêt s’il te fait souffrir, que tu quittes cette relation toxique si elle ne te rend plus heureux ou heureuse. On a besoin que tu fasses confiance à ton intuition. Que tu poursuives tes rêves. Que tu essayes de devenir meilleur. Que tu laisses de côté tes conditionnements. Que tu éteignes ta TV qui te promet que le bonheur, c’est d’ouvrir un coca. Que tu te tournes vers l’intérieur. Dans le calme et le silence. Que tu vives ici et maintenant. N’attends pas d’être à la retraite pour être heureux, tu passerais à côté de tes précieuses années…

N’hésite pas même si ça te semble absurde, de demander des signes. Et d’aimer. De réfréner ton mental et ton ego qui ne peuvent s’empêcher de juger autrui…

J’ai conscience que cet article créera un clivage. On me prendra pour un fou. Je sais aussi que certains se reconnaîtront sans doute, on peut échanger par mail sur le sujet avec grand plaisir : tony.servera@gmail.com. Puis, il y a aussi les commentaires pour celles et ceux qui n’auront pas peur de sortir de l’ombre ! 🙂

Des bisous !

______

Tu aimerais développer facilement ta confiance en toi ?

>> CLIQUE POUR OBTENIR TON LIVRE OFFERT <<