Il y a des journées comme ça, qui ne ressemblent à aucune autre. Et dans ma volonté d’ouvrir les yeux de mes contemporains, j’ai vécu ce matin un événement qui mérite d’être relaté. Je vais essayer de mettre mon égo de côté autant que possible et me concentrer sur les faits…

Ce matin, mon réveil sonne à 06H30. Après une douche rapide, je m’enquille quinze minutes de méditation. C’est mon rituel matinal. Ça me permet d’avoir les idées claires, de me sentir plus aligné avec moi-même, je reviendrai avec un article dédié à la pratique de la méditation une autre fois. Le thème du programme est la compassion et la gentillesse. Bref, c’est dans ma tenue de sport que je grimpe dans ma voiture. J’allume le contact, je pose mes yeux sur l’horloge de ma Clio : 07H07. Tiens, tiens. Ça commence…

Alors que je conduis en direction de ma salle, je me dis cette phrase à voix haute. Je le confesse ici, non pas pour me faire mousser, ni qu’on me congratule ou quoi que ce soit, c’est une phrase qu’il m’arrive de me dire de temps en temps : « Aujourd’hui, je suis prêt à sauver une vie s’il le faut ! »

J’arrive sur le parking de ma salle. Il ne reste plus qu’une place, je m’y gare et coupe le contact. J’empoigne mon sac et sort. Dehors, je me rends rapidement compte que c’est l’agitation. J’entends des cris et je vois surtout, des gens en blanc courir en face. Il y a une entreprise de matériaux de chantier, son enceinte est entourée par une barrière blanche. Les personnes en blanc longent l’enceinte alors que les cris se font de plus en plus forts. Soit je tourne les talons et rentre dans ma salle en faisant comme si je n’avais rien vu, soit j’essaye de voir ce qu’il se passe…

Je décide d’aller voir. Je presse le pas jusqu’à rejoindre les trois personnes en blanc. « Qu’est-ce qui se passe ? » « Il y a un type qui s’est coincé le doigt dans la benne de son camion. Les pompiers vont arriver. » Voilà ce qu’on me répond. Dans l’enceinte, il y a un type. Une des personnes en blanc tente de lui expliquer mais il ne comprend rien. Il lui répète deux fois, trois fois. Le type comprend pas. Ca me rend fou. Je saute sur la barrière, je l’enjambe du mieux que je peux en essayant de ne pas m’accrocher une baloche sur les tiges métalliques qui dépassent. Je sprinte en direction du camion. Je le contourne. A l’arrière, il y a mec. Il porte des gants jaunes, l’une de ses mains est pincée dans le mécanisme de la benne. Il n’est pas tout seul, il y a des collègues à lui. Il tente de faire comprendre qu’il y a un bouton à activer sur le tableau de bord. Je fonce prendre en photo le tableau de bord en question. Un de ses collègues l’a déjà fait et vient d’activer le fameux bouton. « Il faut activer la manette sur le côté du siège maintenant… » Je fonce. Il y a un mec à la place du conducteur, je lui dis d’activer la manette. Il le fait. Je repasse derrière le camion. La benne bascule, libérant la main du monsieur. Il enlève son gant. Son doigt est très, très amoché. Ses collègues l’invitent à rejoindre l’entrepôt. Je l’entends marmonner « En ce moment, j’ai que des merdes de toutes façons…« 

Je ne me sens pas très bien. J’ai chaud, le cœur qui bat et en même temps, la vue du doigt écrasé m’a filé envie de vomir. Je m’éloigne en direction de ma salle de sport. Et je démarre mon entraînement, l’esprit bien perturbé parce que je viens de vivre…

Le matin même, je disais à voix haute que je voulais me rendre utile et sauver une vie. J’ai vu une heure jumelle sur le tableau de bord. Et voilà ce qui s’est passé. Je te le livre tel quel, sans romancer à outrance. Sans en rajouter des caisses. Je ne veux pas raconter cela pour être félicité ou congratulé (je me bats assez avec mon égo, je n’ai pas besoin de ça pour continuer d’avancer dans la bonne direction). C’est juste important que je te raconte ce que je vis. Parce que ça participe pleinement à ma mission d’essayer d’ouvrir les yeux et d’éveiller les consciences. De proposer à ceux qui doutent et qui sont sceptiques de se remettre à jouer avec leurs propres croyances. Pas pour me faire plaisir, juste parce que la vie est beaucoup plus belle que je ne l’avais pensé pendant trente ans et que j’aimerai que tu en fasses l’expérience toi aussi…

______

Tu aimerais développer facilement ta confiance en toi ?

>> CLIQUE POUR OBTENIR TON LIVRE OFFERT <<