Avant d’entreprendre ce chemin en direction de la spiritualité, j’étais loin de tout ça. Dieu, les religions et le principe même de croire me gênaient. Lorsque je pénétrais dans une église, je ressentais en moi un trouble, l’impression de ne pas être à ma place. J’étais mal à l’aise. Je l’ai déjà écrit dans d’autres articles mais pour moi, avoir la foi était un signe de faiblesse. C’est très dur d’écrire ça. Encore plus de l’avoir pensé. Mais, j’ai décidé d’utiliser ce blog en tentant, à chaque article, d’être le plus aligné avec mon cœur et la vérité. Cela veut dire que je ne me refuse pas de dire des choses peu avouables. Non pas pour que ce site devienne un espace de thérapie par l’écriture. Ce n’est pas son but. Non, ce n’est pas le dessein que je lui imagine. Je crois qu’en étant aussi sincère que possible avec toi, je crée un lien. Même s’il est virtuel, j’ai besoin de ce lien pour pouvoir te proposer le message que j’ai à délivrer. Alors s’il faut pour cela que je dépoussière quelques cadavres dans mes propres placards, je suis prêt à le faire. Cela fait partie du jeu. Tout comme je suis bien conscient que mes prises de parole sur les réseaux sociaux peuvent entraîner des réactions vives ou encore de me faire passer pour un déluré. C’est un prix à payer qui ne me dérange pas. L’important, en ce qui me concerne, c’est d’être aligné avec mon cœur et avec la vérité. Et lorsque je te dis qu’avoir la foi était pour moi un grand signe de faiblesse, je te l’écris pour que tu te pousses à te poser quelques questions. C’est tout. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, je suis devenu croyant. Très croyant !

Lorsqu’il m’est arrivé de parler de mes croyances, la question qui est revenue pratiquement à chaque fois, c’est « tu es croyant catholique ? » Ce à quoi je réponds toujours par la négative. « Croyant de quoi alors ? » Oui, c’est bien le problème si je puis dire. C’est que je suis devenu croyant. Très croyant. Mais d’aucune religion « institutionnelle« . Qu’on s’entende bien, ce n’est pas du snobisme de ma part. Et si, les religions ne s’étaient pas trouvées sur mon chemin, j’aurai peut-être mis plus de temps à me poser des questions sur la vie et bien entendu, la mort. Sur l’au-delà. Et toutes ces petites questions existentielles qui viennent nous secouer, immanquablement les neurones à un moment donné. Qu’est-ce qu’on fout sur Terre ? Pourquoi est-ce moi qui vit cette expérience ? A travers mes yeux. Quel est le sens de tout ça ? Y a t-il un sens ? Sommes-nous là par erreur ? Par accident ? Dois-je croire en Dieu ? Quelle est la meilleure religion ? Celle qui détient la vérité ? Je n’ai pas terriblement envie de lancer un débat sur les religions. Je n’ai pas envie de diviser. Elles sont là. Institutionnelles, disais-je, à nous présenter des voies. Différentes. Avec des pratiques différentes. Des rites différents. Des croyances différentes. J’ai toujours été touché de voir des personnes de croyances différentes prendre, ensemble, le chemin de la paix. En dépit de toutes ces différences. Et ça, c’est à saluer…

Je ne suis pas catholique. Je ne suis pas musulman. Je ne suis ni juif, ni bouddhiste. Non, mes nouvelles croyances ne dénigrent pas ces religions. Elles sont ce qu’elles sont. Personnellement, je ne ressens absolument pas la nécessité d’embrasser un culte en particulier. Je suis un être humain né en France. Baptisé qui plus est. La « logique » voudrait qu’en devenant croyant, je me sois tourné vers la religion catholique. C’est celle que j’ai le plus approché. Par les mariages religieux. Et les enterrements. Mais non, ce que j’ai découvert ne m’a absolument pas poussé vers des lieux de culte. Ce que j’ai découvert ne m’a pas invité à apprendre des textes sacrés par cœur. Non, rien de tout cela…

Je suis devenu croyant par accident

Oui, c’est exactement ce qui m’est arrivé. J’étais loin, très loin, très très loin de toutes ces considérations. J’ai traversé une épreuve difficile. Je ne sais pas si tu as déjà entendu cela. Souvent, des personnes qui frôlent la mort où vivent des situations extrêmes racontent qu’elles ont l’impression de s’être réveillées. Elles se mettent donc à prendre un énorme virage dans leurs vies. Je n’ai pas d’exemple sous le coude mais je pense souvent aux personnes qui ont vécu des expériences de mort imminente. C’est radical. Les personnes passent de l’autre côté. Pas définitivement. Mais, elles voient des choses, elles ressentent des choses. Et cela bouscule leurs croyances. Qu’elles soient athées ou non. Quand j’étais gamin, ma mère avait acheté un bouquin là-dessus. J’étais très jeune pour bouquiner sur ce sujet mais, la mort était un sujet qui me préoccupait. Surtout parce que j’avais perdu ma sœur aînée (elle avait un an et demi de plus que moi). La mort de quelqu’un d’aussi proche m’avait secoué. Et j’étais en quête de réponses…
Je garde un souvenir assez vague de ce que j’ai lu à l’époque mais plus récemment, j’ai vu le documentaire « Au delà de notre vue » qui m’a interpellé. Je t’invite à le regarder si t’as un peu de temps et assez de curiosité. Suivant tes croyances actuelles sur la vie après la mort, tu devrais rapidement mettre en place un filtre. Ce filtre pourra être : « Je n’y crois pas, ces personnes mentent… » Et je ne te jugerai pas de le penser. Pour autant, ces récits existent. Et, tu noteras qu’il y a des points de convergence dans leur discours. Ce qui m’a le plus captivé quand j’ai découvert ce principe des expériences de mort imminente, c’est la capacité des personnes déclarées cliniquement mortes à donner des détails d’une précision redoutable sur ce qui était en train de se passer dans la salle d’opération. Et même parfois plus loin dans les couloirs. Ce n’est pas rationnel. Quand une personne raconte qu’elle est sortie de son corps et qu’elle planait au-dessus de la table, il y a de quoi rigoler quand on est un esprit rationnel. On tente immédiatement d’apporter une explication scientifique. Notamment parce que la Science semble être une Vérité rassurante pour de nombreux athées. C’était mon cas. Juste, au passage, n’oublions pas que pendant de nombreuses années, la croyance populaire statuait sur le fait que la Terre était plate. Comme une pizza. La Science a avancé des vérités sur lesquelles elle est revenue plus tard. La Science progresse mais, il lui est arrivé de se tromper. C’est humain. La problématique pour un esprit cartésien, c’est de se rendre compte que plus les technologies de réanimation évoluent, plus ce genre de témoignage afflue. Il n’y en a pas trois ou quatre sur chaque continent. Il y en a des milliers. Et des milliers. Qui racontent, en substance, la même chose. La décorporation, le tunnel lumineux. Que des défunts les attendaient… Je ne sais pas pour toi, mais moi, même à l’époque où je ne croyais pas en Dieu (je n’aime pas trop ce mot, sache le, il sonne toujours un peu bizarre quand je le prononce ou quand je l’écris) ça me faisait un peu frétiller les moustaches. Je me disais « Merde, c’est vrai que c’est troublant. Est-ce que toutes ces personnes ont un intérêt à mentir ? À déformer la vérité. » Mon mental activait son système de défense. Et je t’invite à rester, toujours, méfiant de ce que tu peux lire. Même sur ce blog. Active ton système de défense, c’est très sain. Par contre, essaye d’écouter si des mots, des phrases résonnent en toi. Comme si, je dis bien peut-être, tu étais en train de trouver ta propre vérité.

Personnellement, après avoir lu ce fameux bouquin sur les expériences de mort imminente, je suis passé à autre chose. Je ne sais pas toi, mais penser à la mort à longueur de journée, c’est pas vraiment funky. Puis penser au sens de la vie, s’interroger sur notre présence sur terre, du pourquoi nous détenons cette conscience, c’est pas vraiment le genre de préoccupations que l’on peut avoir quand on mène une existence moderne. On n’a pas le temps pour ça. On court au travail, dans des emplois qui ne nous apportent pas toujours la satisfaction escomptée. On court sans arrêt. Nos téléphones sonnent, vibrent, nous sommes sollicités en permanence. Le peu de temps libre est accaparé par mille et une préoccupations. Alors, s’interroger sur le sens de la vie quand on a des gamins et des corvées par dessus la tête, c’est vraiment compliqué. On a des loyers ou des crédits à payer. Des bouches à nourrir. Oui, il n’y a pas vraiment de place pour se concentrer sur ces questions existentielles.

« Je croirai en Dieu lorsque j’aurai une preuve de son existence« 

Voilà le genre de phrase que je pouvais dire. Tu as peut-être ce discours toi aussi. Pour en être passé par là, je connais dorénavant la limite de cette manière de penser. Elle exclue toute possibilité de voir autour de soi les manifestations de l’existence d’une intelligence supérieure. C’est ce que j’ai compris. Avant de pouvoir voir, il faut croire. Et c’est ce qui peut sembler aberrant. Mais, c’est la réalité. Dans ta réalité, celle que tu perçois avec tes sens physiques. Si tu ne crois pas en une force supérieure, tu lui supprimes toute possibilité de se manifester. Pourquoi ? Parce que ton système de croyances est un filtre puissant. Et ce filtre bloque. Tu as peut-être assisté dans ta vie à des coïncidences vraiment improbables, c’était très gros. Mais, tu as rationnalisé. Cela t’a peut-être amusé sur le moment mais t’as mis ça sur le dos du hasard. C’est ce que je faisais.

Je te file un exemple. Je devais jouer dans un café théâtre parisien le dimanche soir. A ce moment-là, je vivais sur Bordeaux. Un très bon ami à moi m’héberge chez lui. Il fait de la gymnastique (figures acrobatiques, tricks etc) dans un club parisien. Pendant mon séjour, il me propose de me rendre à la salle où il pratique. Histoire que je jette un petit coup d’œil. Je l’accompagne. Il y a un prof, Bruno, qui fait son cours lorsque l’on arrive. Lorsque le cours se termine, Bruno papote avec nous. Il apprend que je suis bordelais et me demande ce que je fais sur Paris. Je lui explique que je suis humoriste et que je suis venu tenter quelques scènes d’humour parisiennes. Et notamment une en particulier où je joue le soir même. Il est interloqué lorsque je lui précise laquelle. « Figure toi que c’est moi qui m’occupe de toute la communication de cette scène ouverte. Je suis très ami avec l’organisateur… » Tu aurais vu ma tronche, c’était hilarant. Combien y avait-il de chances pour qu’une telle chose se produise ? Deux événements sans lien apparent qui s’avèrent liés. Le plus rigolo, c’est que le soir même, alors que j’attends sagement devant le théâtre, je vois passer un copain humoriste, bordelais lui aussi. « Mais qu’est-ce que tu fous là ? » Improbable, encore une fois. Surtout qu’il ne jouait pas ce soir là. Il ne faisait que passer par là. Du coup, il est venu m’encourager et c’était franchement cool.

Tu vois, ce genre d’anecdote, on pourrait s’arrêter dessus et trouver 1001 manières de s’interroger et de tenter de lui trouver une explication rationnelle. « C’est du hasard : c’est tout ! » Oui, si c’est la croyance à laquelle tu adhères, tu vas tenter de trouver à chaque fois une aspérité dans l’anecdote à laquelle t’accrocher. Un système de croyances qui vole en éclat c’est terrifiant. Alors on tente d’expliquer les faits avec. Exactement ce que j’ai fait pendant trente ans. « Le monde fonctionne de telle manière… » Et à chaque expérience un peu déroutante, on essaye vite de mettre une étiquette rassurante dessus. Quelque chose de rationnel qui ne nous pousse pas trop dans nos derniers retranchements. Remettre en cause nos croyances depuis toujours, ça serait quand même effrayant comme expérience, non ? Et si le monde autour de toi, si l’expérience que tu menais sur terre n’était pas exactement aussi neutre, rationnelle que tu le conçois, ça serait juste flippant, non ?

Pour que l’Univers se mette à te murmurer à l’oreille à toi aussi…

J’ai un très bon ami. Vraiment un très bon ami. C’est le parrain de mon fils. Quand j’ai commencé à lui raconter le nombre ahurissant de coïncidences qui m’arrivait, il a eu la gentillesse de m’écouter. Mais il a activé son filtre bloquant. Probablement pour se protéger de ce qu’on peut être amené à découvrir. Par ailleurs, le mal était déjà fait, je lui ai mis le doute. J’ai planté ma graine. Et il s’est mis à observer des événements rigolo dans sa vie. La première, c’est que je lui racontais qu’à titre personnel, j’avais un nombre incroyable de synchronicités en rapport avec le Canada. Quelques jours plus tard il m’envoie un MMS. C’est un énorme fromage format familial. Il est amusant ce fromage, sa forme n’est pas courante. Le fromage à la forme d’une grosse feuille d’érable. La coïncidence est là mais pour lui, cela reste une coïncidence, rien de plus. Alors que je le suis en voiture, un pigeon fonce droit vers sa voiture et redresse au dernier moment. Lorsqu’on se gare, il me dit « T’as vu ? » Je ne place pas tout de suite l’événement dans la catégorie des événements liés à la spiritualité. Mais tout récemment, il m’a dit : « Je ne sais pas ce qu’il se passe, les pigeons foncent sur ma voiture et redressent au dernier moment… Ça arrive vachement souvent… » Là, j’ai compris. Par mon action, mon discours et mon travail de lui faire élargir le champ de sa conscience, ses croyances sont en train d’évoluer. Comme la porte du monde de l’invisible est entrebâillée, il se met à vivre des petites choses. Le filtre n’est plus étanche. Alors la réalité, la vraie, peut commencer à se manifester dans son monde…

Si tu es curieux de ce que j’écris, voici quelques petites clés pour que l’Univers (je préfère largement ce terme plutôt que Dieu. La preuve de l’existence de l’Univers est incontestable, même pour un non croyant très cartésien) puisse manifester son Intelligence et sa Magie dans ta vie :

  • Essaye de vivre dans l’Instant Présent. Sois attentif/vie au monde qui t’entoure. Ne cherche pas des signes partout. Sois curieux/se mais tout en essayant de lâcher prise. De ne pas contrôler. Garde juste à l’esprit, comme si tu venais d’installer un nouveau logiciel dans ta programmation interne, que tu veux laisser une chance à l’Univers d’entrer en contact avec toi. Lorsque tu es à l’extérieur de chez toi, que tu conduis ou que tu te promènes, ramène constamment, ton attention à l’Instant Présent. Ne t’échappe pas dans tes pensées. Sois juste là. Observe, reste ouvert(e) d’esprit.

Si tu es arrivé(e) jusqu’ici dans la lecture de cet article, il y a de fortes chances pour que l’Univers se mette à me donner un petit coup de pouce. Toi, ton travail consiste juste à accueillir. Sens toi libre de venir commenter si jamais il se manifeste des choses notables pour toi. Comment tu le sauras ? Tu le sauras, c’est tout ! 🙂

______

Tu aimerais développer facilement ta confiance en toi ?

>> CLIQUE POUR OBTENIR TON LIVRE OFFERT <<