Sur ma gauche, les tombes recouvertes de mousse d’un vieux cimetière s’éloignent. Je suis dans le train et file vers Paris. Dans 24 heures, je poserai ma petite croupe dans l’avion qui me conduira vers le Canada. Les tombes laissent place aux rangées de vignes s’étalant à perte de vue. J’y suis enfin, je touche presque l’un de mes rêves du bout des doigts. Je ne crois pas en avoir rêvé cette nuit. Je pensais que… Mais non. Je me suis réveillé sur le canapé-lit qu’un copain avait mis à ma disposition. J’ai enfilé un short, j’ai médité un peu. J’ai pris un rapide petit déj puis je suis allé courir près de chez lui. Après une douche rafraîchissante, j’ai rassemblé mes affaires. C’est drôle mais mes possessions rentrent dorénavant dans un sac à dos. J’ai bien laissé quelques affaires dans un carton qui attendra sagement mon retour. Mais, je crois que je ne me suis jamais senti aussi libre. Le long des rails rougis par l’œuvre du temps, le train poursuit sa course. Oui, demain, je monterai dans cet avion et je m’envolerai. Sans savoir ce qu’il m’attend. J’ai décidé de suivre la voie de mon cœur. J’ai décidé de faire confiance aux signes, à l’intuition. J’ai décidé d’écouter l’Univers. J’espère l’avoir bien compris. Comme un clin d’œil alors que j’attendais mon tramway pour rejoindre la Gare St Jean, j’ai aperçu le drapeau canadien sur le pull d’un mec. Je me suis préparé du mieux possible à ce voyage. J’ai préparé mon corps par le sport. J’ai pris des cours d’anglais. J’ai lu des livres en anglais. Mais, en dehors des quinze premiers jours, je n’ai rien prévu. J’y tenais. Je veux laisser la porte grande ouverte à l’imprévu. Au loin alors que nous filons toujours vers Paris, les champs se succèdent. L’herbe est jaunie par le soleil et les maisons se font rares. Oui, l’imprévu. J’ai envie de lui laisser la porte grande ouverte. Je vais essayer d’écouter mon intuition, cette fidèle alliée. Je ne veux plus me séparer d’elle. Dimanche, alors que je passais quelques heures avec mon petit garçon, je décide de l’amener à la plage. Nous marchons depuis quelques minutes lorsque l’image d’une fille me traverse l’esprit. C’est l’image mentale d’une ex de l’époque de la fac. Je m’étonne de cette pensée, surgie de nulle part. Sans qu’aucun indice à l’extérieur ne me pousse à penser à elle. Nous continuons notre petite promenade avec mon fils. Moins de dix minutes plus tard, le long d’une allée de la station balnéaire où nous nous trouvons, je tombe sur la fille en question. Incroyable, juste incroyable. Je ne sais pas si je m’habituerai un jour à ces expériences. Mais c’est de vivre ce genre de chose qui me pousse à garder confiance. Confiance en moi et en la vie. Les choses sont là où elles doivent être. Il me suffit d’avancer.

Le paysage défile toujours. J’essayerai de raconter, aussi régulièrement que possible, ce qu’il m’arrive de vivre. Les rencontres. Les bonnes et les moins bonnes. Les anecdotes, qu’elles soient teintées ou non de spiritualité. Mais, je vais essayer de vivre pleinement ce qu’il m’arrive. Je me prépare à des épreuves. Des moments plus sombres comme le tunnel dans lequel le train vient de s’extraire au moment où je frappe ces mots. Je ne sais pas si j’obtiendrai les réponses aux questions que je me pose. Je trouverai peut-être d’autres questions encore… Oui, l’important, je pense, c’est de continuer d’avancer, de grandir, d’explorer et d’évoluer. Dans l’ombre, comme dans la lumière…

______

Tu aimerais développer facilement ta confiance en toi ?

>> CLIQUE POUR OBTENIR TON LIVRE OFFERT <<