Tous les organismes vivants de cette planète participent à l’Expérience. C’est l’Expérience de la Vie. À travers nous, à travers notre souffle, continuellement présent, la Vie s’exprime. Évidemment, avec mon article, je m’adresse aux êtres humains. Avec tout le respect que je peux manifester pour les chèvres et les fougères, je ne crois pas les compter encore parmi les lecteurs et lectrices de mon blog. 

Un soir, j’étais à une conférence pour découvrir la PNL : la Programmation Neuro-Linguistique. Le sujet m’intéressait beaucoup. J’avais lu un bouquin sur cette pratique et cela avait titillé mon attention. Une remarque du directeur lors de sa présentation à fait mouche dans mon esprit. Nous étions à peine plus d’une vingtaine dans la petite salle. Il expliquait que chacun, nous étions face à lui dans notre aquarium. Cet aquarium, c’était d’abord notre perception sensorielle de cette conférence. Nous le distinguions face à nous. De la même manière, notre audition permettait de percevoir le son de sa voix. Il s’est d’ailleurs attardé sur ce phénomène en expliquant la magie qui était en train de s’opérer en temps réel. En effet, sa voix produisait des vibrations dans l’air. Ces vibrations étaient ensuite captées par notre système auditif avant d’être traitées par le cerveau. Tout se passait pour nous sans que l’on y pense. C’était automatique. J’avais trouvé ça vraiment intéressant de présenter les choses de cette manière : nous sommes dans un aquarium. Notre propre bulle. A ce moment-là, j’étais simplement un petit mec qui commençait à s’intéresser de plus en plus au développement personnel. Je n’avais pas encore compris que cette simple prise de conscience était un pas de plus sur le chemin de l’éveil.

Nous partageons donc l’Univers mais personne ne le perçoit de la même manière. Deux personnes côte-à-côte dans le même environnement ne vont pas s’attarder sur des détails identiques. Les pensées qui vont leur traverser l’esprit seront souvent liées à leurs propres histoires personnelles. Nous sommes sans cesse un être renouvellé, grandi, qui se construit et se nourrit des expériences. La vie fournit, continuellement, de nouvelles données que nous stockons dans notre cerveau. On agrandit la base de données, sans arrêt. Ce qui implique que chaque nouvelle situation est traitée avec un plus grand nombre de points de comparaison. Avec une plus grande expertise.

Maintenant que j’ai changé mon système de croyances, je n’ai plus du tout la même expérience. Si tu es quelqu’un de curieux, tu auras peut-être envie de changer ton expérience si celle-ci ne te convient plus. Ou qu’elle ne t’apporte pas entièrement satisfaction. Je crois qu’il faut tout d’abord reconnaître un fait intéressant. Depuis le tout début. Depuis que notre conscience est fonctionnelle, nous sommes seuls dans notre propre expérience. Il n’y a personne d’autre que nous pour observer l’expérience. Bien entendu, nous partageons l’expérience. Avec nos parents. Notre famille. Nos amis. Nos éventuels professeurs. Les gens que nous connaissons mais aussi ceux que nous ne connaissons pas. Par exemple, moi, avec mon blog, je me trouve actuellement dans ton expérience. Je fais partie de cette expérience. Tu gardes la liberté de me donner du crédit ou non. Tout comme tu peux décider de continuer à fréquenter un ami. C’est ton choix. C’est ton expérience.

Mon expérience a changé. Radicalement (ce n’est pas un médicament à base de radis, haha 🙂 ). Et en mieux. C’est pourquoi je te partage cela. Parce qu’avec quelques petits éclairages, tu peux toi aussi, sans grande difficulté, commencer à faire évoluer ton expérience. Cette expérience peut devenir incroyable. Je pèse mes mots. Vraiment incroyable. Elle demande des efforts. Et cela exclura immédiatement pas mal de monde. Parce que les efforts nous emmerdent. La plupart du temps, nous voulons des résultats instantanés. C’est pourquoi fleurissent partout des méthodes miraculeuses pour perdre du poids en moins de quinze jours. Nous sommes attirés par des solutions faciles. Le problème est posé. Non, changer son expérience n’est pas quelque chose de facile. Par ailleurs, si tu décides de donner une chance à ce que je vais te dire, que tu persistes un peu, il est fort possible que ta vie franchisse un palier. Et ton expérience ne sera plus jamais la même, je te le garantis. Elle m’a amené à pleurer de joie pendant de longues minutes. C’est dire…

En toute honnêteté, si tu devais répondre à cette simple question à propos de ton expérience, est-ce que tu dirais que la plupart de tes actions sont tournées vers toi ou vers les autres ? Est-ce que, par ton métier, par les activités auxquelles tu t’adonnes, tu dirais que tu tentes d’abord de contribuer au monde ou à toi même ? Je ne te juge pas. Déjà parce que je n’entends pas tes réponses (haha), d’autre part parce que l’intérêt est ailleurs. C’est toi, dans ta propre expérience qui doit t’interroger. Tu dois y répondre honnêtement. Sans te mentir. Est-ce que la vie que tu mènes est centrée vers tes propres objectifs personnels ou bien est-ce que tu essayes, d’une manière ou d’une autre, d’apporter quelque chose au monde ? Un talent, une aptitude ou simplement du temps et de l’énergie ? Encore une fois, plus tu seras transparent(e) avec toi même et plus ce petit exercice te sera profitable.

Je vais te mettre à l’aise. Dans mon expérience et jusqu’à peu, la seule chose qui m’intéressait vraiment, c’était mon propre épanouissement personnel. Je regardais le monde avec un esprit de dualité. C’est à dire que je me pensais séparé du reste des personnes qui se trouvaient dans MON expérience. Ce qui m’importait, c’était ma propre réussite, mes propres succès. Je n’étais pas du genre à tenter à tout prix d’écraser les autres pour parvenir à mes fins. Mais apporter mon aide aux autres était le cadet de mes soucis. C’était la première période de mon expérience. Elle a été très profitable à bien des égards cette première période. Elle m’a appris beaucoup de choses. J’ai ajouté un nombre considérable de données à ma propre base personnelle. J’ai affûté bon nombre de mes aptitudes. Mais, avec toute l’honnêteté dont je peux faire preuve vis-à-vis de moi-même, je dois reconnaître que j’avais beaucoup plus l’impression de survivre plutôt que de vivre.

Des articles du blog de Steve Pavlina ainsi que son bouquin : « Le développement personnel pour les gens intelligents » m’ont exposé pour la première fois à un concept très intéressant auquel je n’avais jamais été exposé auparavant. L’idée, c’est qu’il y a donc deux manières de mener sa vie. Soit, en se concentrant sur ses propres besoins, ses propres désirs en faisant totalement abstraction de celui des autres. C’est une vision dualiste. Celui ou celle qui a cette conception se pense séparé(e) de l’autre. La plupart du temps, ce mode de vie n’est pas très satisfaisant. On doit faire sans cesse face à des difficultés. Des difficultés, des obstacles surviennent. Il y a un fort esprit de compétition avec les autres membres de notre expérience. La deuxième manière de vivre, c’est de considérer l’autre comme le reflet de soi-même, à l’intérieur de sa propre réalité. C’est de considérer que nous ne sommes pas des individus séparés les uns des autres mais que nous formons, toutes et tous l’humanité toute entière. C’est l’unicité à opposer à la dualité. C’est un concept qui prétend que nous sommes UN. Uniques, différents mais nous sommes toutes et tous des cellules appartenant au même corps, celui de l’humanité.

Ce qui pourrait passer pour un délire new age revêt tout de même du sens, pour peu que l’on s’y attarde. Nous profitons au quotidien de l’apport des autres à la communauté. Par les objets, outils et appareils que nous utilisons, fruits de l’invention des hommes. Chaque fois qu’un individu apporte ce qui le rend unique aux yeux du monde, il participe à rendre l’humanité meilleure. Chaque fois qu’il prend le chemin de l’amour plutôt que de la haine, il participe à rendre l’humanité plus saine.

Je lisais ces explications en soupirant avec curiosité. Puis, je me suis retrouvé, par la force des choses à essayer. Et c’est vrai, cela a radicalement changé ma vie. Lorsque l’on décide de se mettre au service des autres, lorsque l’on essaye, par ses actions de rendre ce monde meilleur, il y a autour de nous, quelque chose qui répond à cela. Quelque chose qui va très vite se manifester pour t’encourager. Tu peux l’appeler Dieu, tu peux dire l’Univers, on s’en fout, mais une chose est évidente, lorsque tu décides de te considérer comme une cellule appartenant à un grand corps, lorsque tu décides de te rendre utile pour ce grand corps de l’humanité, tu reçois de l’aide, des ressources et de la guidance. Lorsque tu arrêtes de te plaindre et que tu commences à exprimer de la gratitude, tu te mets à recevoir ce que tu désires. Sans parfois qu’il n’y ait d’explication rationnelle. Pourquoi ? Parce qu’en arrêtant d’être une petite cellule pleurnicharde qui passe son temps à se plaindre et à se considérer comme une victime, tu vas devenir une cellule utile. Une cellule utile pour le bien de tous. En t’aidant, l’Univers s’aide lui-même. Et crois moi, tu vas recevoir de l’aide. Les ressources afflueront de toutes parts pour te faciliter la tâche. Parfois, tu n’arriveras même pas à l’expliquer rationnellement. Tu vas te mettre à vivre des coïncidences incroyables. Plus tu es utile, plus l’Univers t’aidera à prendre de l’ampleur. C’est à couper le souffle. Crois moi, encore une fois, c’est d’une beauté sans nom.

Si tu luttes depuis toujours dans ton expérience, pourquoi ne pas juste me donner une chance ? Pas juste à moi, mais à l’humanité. Pourquoi tu n’essayerais pas d’arrêter de te considérer comme un individu séparé des autres. Lorsque j’ai commencé à prendre ce rôle au sérieux, j’ai commencé à dire à voix haute que je me sentais prêt à servir le monde, que je me sentais prêt à apporter, à ma manière, de la lumière plutôt que de l’obscurité dans ce monde. La lumière, c’est l’amour, c’est le pardon, c’est la joie. L’obscurité, c’est la haine, la peur et la dépression…

Souviens-toi que depuis le départ, tu es le seul maître de ton expérience. Tu produis les mêmes effets en espérant probablement d’autres conséquences. Einstein disait que cette attitude pouvait s’apparenter à de la folie. Alors, pourquoi ne pas essayer de faire évoluer ton expérience. Si tu as l’impression de lutter depuis toujours, pourquoi ne pas essayer quelque chose de nouveau ? Après tout, qu’as-tu à perdre ? 🙂

______

Tu aimerais développer facilement ta confiance en toi ?

>> CLIQUE POUR OBTENIR TON LIVRE OFFERT <<