Comment se suicider sans douleur ?

Si t’es tombé(e) sur cet article, on ne va pas se mentir, c’est que t’as pas l’état d’esprit le plus joyeux qui soit. En général, on ne tombe pas trop sur ce genre d’article par hasard, tu vois ? Si t’es en train de lire ces lignes, c’est que tu as consciencieusement tapé le mot suicide dans ton moteur de recherche par exemple. Ou que la vue du lien a attiré ton attention. Toujours est-il que t’es là. Avec, j’imagine, une pelletée de problèmes que dans ma propre réalité, je suis bien incapable d’imaginer… T’as, de ton point de vue, toutes les raisons de mettre un terme à cette vie qui te lacère, qui t’a foutu à genoux. Oui, quand on commence à se préoccuper de stopper l’expérience, c’est que les choses sont sérieuses. Et que les tourments qui te rongent ne sont pas fictifs, loin de là.

Tu vois, je ne vais pas te faire la morale. Je ne te connais pas. Je ne vais pas te sortir des niaiseries du genre que la vie est trop belle, que les papillons chantent parce qu’au moment où j’écris ces mots, je suis plutôt bien loti par la vie. Il suffit d’une seconde pour qu’une vie bascule. C’est pourquoi, non. Le discours que je vais te tenir ne va absolument pas s’articuler autour de cet axe. Et j’ai bon espoir que personne ne t’ai encore jamais parlé comme je vais te parler. Parce que crois moi, je vais essayer d’y foutre mes tripes. Pas pour te culpabiliser. Pas pour tenter de te manipuler. Non, je vais te parler vrai. Et si à la fin de cette lecture, t’as toujours envie de te claquer une bastos dans le cervelet, be my guest !

De l’autre côté

Qu’est-ce qui va se passer lorsque tu passeras de l’autre côté ? J’imagine que tu te poses la question. Et que t’as développé des croyances de ce qu’il se passera justement. Il est possible que tu te dises que ça sera fini, tout simplement. Que lorsque ton cœur et tes fonctions cérébrales joueront relâche, tu seras enveloppé par un voile noir. La fin. Le néant. Plus rien. Plus de pensées, plus de douleur, ni physique, ni mentale. Une vraie fin. Un silence qui n’aurait pas conscience d’être silencieux. Quelque chose que nous avons du mal à concevoir. Parce que forcément, dans ton expérience actuelle de la vie, tu as conscience. Tu existes. Tu arrives à lire ces mots. Mentalement, tu entends les phrases dans ta tête, lues avec ta propre voix. Si tout ça est en train de se produire, c’est que t’es conscient(e).

J’ai une mauvaise nouvelle

J’ai une mauvaise nouvelle pour toi, ouais. J’étais un putain d’athée, un cartésien de première. Le cartésien, il ne croit que ce qu’il voit. Et des manifestations divines, j’en avais jamais vu la couleur de la queue pendant trente piges. Alors moi,  j’étais convaincu de ce que je t’écrivais quelques lignes plus haut : le vide, le néant, l’absence de conscience et le silence. Pour moi, c’était ça qu’on trouvait après. Et j’étais prêt à poser ma paire de baloches sur la grille du barbecue pour prouver que j’avais raison et que les « croyants » se fourraient le doigt dans le fond de la cornée. Puis, je me suis mis à vivre des expériences extrêmement déroutantes. J’ai commencé à me faire secouer par la vie. Mais quand je te parle de se faire secouer, c’est du sérieux. La vie s’est mise à m’arroser. Elle m’a envoyé des coïncidences improbables. Pas des petits trucs à la con, hein ! Elle m’a arrosé du soir au matin. Et puis, vu que ça ne suffisait pas, je me suis mis à développer des capacités extra-sensorielles. Là, c’était gros de chez gros. Comment ne pas douter de l’existence de quelque chose qui me dépassait complétement, hein ? C’est ce qui s’est passé, j’ai douté. Et plus j’ai douté de mes anciennes croyances, plus j’ai commencé à voir des choses que je n’avais jamais vu auparavant. Je suis sorti de mon corps en pleine nuit. Pas longtemps mais assez longtemps pour me dire « Mais bordel, bordel qu’est-ce qu’il se passe là ? » Je regardais le discours des médiums, le spiritisme et toutes ces choses là d’un drôle d’air. Je n’y croyais pas vraiment, tu vois. Et forcément, comme je n’y croyais pas, je ne voyais rien…

Pourquoi je te raconte ma vie alors que t’as un suicide sur le feu, c’est juste pour te dire que tu risques d’être sacrément déçu(e) si ce que tu t’attends à vivre de l’autre côté de la mort, c’est le calme, le silence et le néant. Non, c’est pas ce que tu vas trouver. Tu ne trouveras ni Paradis, ni Enfer non plus au sens « religieux » du terme. Ce que j’ai découvert par mon expérience personnelle, c’est que ça, c’était une approche de la religion qui était assez loin de la vérité. C’est leur approche, on peut pas leur en vouloir. Moi, ça ne me convenait pas. Je trouvais ça un peu absurde comme approche. Quelle est la logique si quelqu’un se met à commettre des crimes, à le faire pour honorer Satan, qu’il lui prête allégeance et qu’une fois mort, il se retrouve puni ? Il devrait être bichonné comme un prince, non ? Il a honoré le proprio des lieux, pourquoi il se ferait cuire les miches au barbecue ? Pourquoi on lui planterait des coups de fourche dans les côtelettes ? Je ne sais pas ce que tu en penses mais moi, ça a fini d’achever les doutes que j’avais déjà sur les religions…

Quand je me suis mis à vivre ce que je te raconte, j’ai rencontré des gens qui vivaient la même chose que moi. Ce que j’ai vécu s’appelle un éveil spirituel. Bon, moi ça m’est tombé dessus. Sur le coin du bec, je n’avais rien demandé. Et quand tu le vis toi même, t’as plus aucun doute possible de l’existence d’un après. Le problème qui se pose, c’est que toi, t’es en train de te motiver à t’éliminer. J’ai vraiment une mauvaise nouvelle. Quand tu passeras de l’autre côté, ta conscience ne disparaîtra pas. Tu continueras d’être. Sauf que comme tu vibres actuellement à un niveau très éloigné de l’Amour. Car tu es probablement dans la dépression, la haine, la peur, le chagrin, l’effroi, la jalousie, l’angoisse, enfin tout un cocktail d’émotions négatives et de pensées noires, tu iras directement dans le bas astral. Tu vibres à des niveaux qui sont faibles. Ce n’est pas un reproche, ni un jugement. Si t’as envie d’en finir, les choses sont comme elles sont. Je t’ai juste pondu cet article pour te prévenir. Une fois que tu passeras de l’autre côté, ton âme sera salement déçue. Elle sera triste. Pourquoi ? Parce que nous sommes sur Terre pour apprendre, pour évoluer et pour dépasser des épreuves. C’est le but de notre venue sur Terre. On débarque, on oublie tout et on se lance. Puis, on se mange des claques dans les moustaches et tout ça peut nous paraître profondément injuste. Comment pourrait-il y avoir un Créateur derrière tout ça ? C’est simple, c’est ton âme avant de s’incarner qui a choisi ce que tu voulais vivre. Le hasard n’existe pas. Les épreuves surviennent. Les leçons se présentent. Encore et encore. Jusqu’à être comprises, intégrées et dépassées. T’as probablement une vie qui te semble merdique. Mais c’est ta vie. Et aujourd’hui, alors que tu lis ces quelques mots, à cet instant, t’as en toi le pouvoir de continuer. D’aller plus loin. De dépasser ce qui t’est arrivé. Même si les larmes brouillent ta lecture, même si t’as l’impression de te faire transpercer par la douleur, t’en es capable. Très capable de te relever et d’avancer. Pourquoi ? Parce que t’as été capable d’arriver jusqu’ici. Et vu ce que tu as traversé, il a du falloir une sacrée dose de force, de courage et d’amour pour tenir bon. La vie ne t’a pas épargné, j’en suis convaincu. Mais, il le fallait. Ça semble absurde, injuste, incohérent. Mais ce que tu as vécu, il fallait que tu le vives. Maintenant, j’aimerai que tu comprennes qui tu es vraiment. Tu n’es pas un petit personnage dans ce monde qui te semble peut-être trop grand et trop sombre. Tu es le monde. Tu es la conscience de ce monde. Lorsque tu observes quelque chose à l’extérieur de toi, tu n’en as peut-être pas conscience, mais c’est à l’intérieur de toi-même que tu regardes. Les gens que tu croises, ils sont dans leur propre bulle. Dans leur expérience. Dans leur jeu-vidéo. Mais en fait, quand tu observes quelqu’un, c’est toi que tu observes. Tu n’es pas un petit personnage dans un jeu. Tu es le jeu ! C’est ta conscience qui englobe toute l’expérience. Tu n’es pas tes pensées négatives, tu n’es pas tes pensées sombres, ni ces émotions qui te cisaillent le ventre. Tu n’es pas la douleur physique que tu ressens. Non, toi tu es immensément plus grand(e) que ça ! Tu es la conscience de toute chose, tu es la Vie qui te traverse. Et qui, désolé de te le dire, continuera de te traverser quand tu seras passé(e) de l’autre côté.

La partie sera terminée. Pas le jeu…

Ouais, tu perdras une vie. Comme quand Mario se bouffe une carapace dans la tronche. Tu perdras une vie mais le jeu ne s’arrêtera pas pour autant. Et vu ce que tu as traversé avant même de poser ton cul face à cet article, t’as appris beaucoup plus que tu ne le crois. Tu possèdes une force incroyable. Tu es autrement plus grand(e) que tu ne le penses. Tu es la Vie. Et dans la vie, on peut prendre des virages, tomber au plus bas et renaître. C’est ce qui m’est arrivé. Il a fallu que je touche mon fond pour me remettre à vouloir aller taper les sommets. Il a fallu que je souffre pour que je découvre tout ça, dans ma propre petite expérience. Je ne cherche pas à te convaincre absolument, si ta décision est prise, c’est ton choix. Tu es libre. Que tu te goinfres de médicaments, que tu te suspendes à une poutre ou que tu te foutes une bastos entre les deux oreilles, je n’entendrai probablement jamais parler de toi. Je ne le saurai pas. Pour toi, je resterai un petit signal lumineux qui aura clignoté quelques secondes sur le radar de ta conscience. Virtuellement, nos routes se seront croisées. Tu es protégé dans cette vie là. Tu en doutes probablement. Mais, de l’autre côté du voile, de l’autre côté du miroir, une équipe invisible veille sur toi. Si tu n’y crois pas, tu n’en verras rien. Ils se manifestent dans les systèmes de croyances des athées en te montrant des heures jumelles. Lorsque tu regardes l’heure et qu’il est 09h09, 16h16, 22h22 ou même 03h33 ou 04h44, ce n’est pas une simple coïncidence. C’est un signe qui provient de l’autre côté du miroir et qui passe à travers, même si tu n’y crois pas. Car tu fous ça sur le compte du hasard ou d’une coïncidence. Le hasard n’existe pas. Tu es aimé(e), qu’importe ce que tu as fait. Tu es aimé inconditionnellement. Tu portes en toi la lumière. Ne l’oublie jamais. Tu es capable de te relever et de te remettre à avancer. Tu es arrivé jusqu’ici. Tu as une rage et une force qui dépassent l’entendement. Tu ne penses pas être protégé, ni aidé dans ton parcours ? Dans cette expérience ? À ta place, je n’en serai pas si sûr(e). Parce que tu as lu ce que tu viens de lire et que tu devais le lire. Le hasard n’existe pas. Toi, oui. Et pour toujours…

Et si tu ne l’as pas encore fait, pense à télécharger ton livre offert. J’espère humblement que ces outils t’aideront à te remettre à croire. En toi et en la vie. Je crois déjà en toi et tu le sais. A toi de jouer. Tu peux le faire. Tu peux tout faire !

Et si tu te demandes comment avoir confiance en toi sans quitter ta paire de pantoufles, je me propose de t’offrir gratuitement mon Guide de la Confiance en Soi. Pour info, il est normalement proposé à 4,99€ sur Amazon alors fonce !

Un jour, j'ai décidé de me réveiller et de partir à la conquête de mes rêves...

60 commentaires

  • Anonyme

    Ça fait du bien de lire cela et je l’aurais volontiers partagé avec mes amis . Néanmoins le passage sur les signes via les horloges (09h09 etc) me semble trop ésotérique et risque de donner à l’article un jour bien trop farfelu pour les non convaincus. Dommage tout le reste de l’article aurait pu en aider plus d’un à se reconcilier avec la vie…

    • sanantonio03

      Cela fait pourtant partie de vrais outils pour faire entrer une première manifestation du monde de l’invisible dans sa vie lorsque l’on ne croit pas à tout ça. On va les voir constamment sans les chercher. Parfois on s’arrête à une explication rationnelle « c’est mon inconscient bla bla bla », je suis allé assez loin pour savoir que ce n’est pas le cas. Quand je parle de protection à la fin de mon article, c’est exactement de ça dont je parle. Ce sont les protecteurs qui te font un coucou. Je suis allé assez loin pour savoir que ce n’est pas du flan… Moi, je suis là pour le dire, chacun dispose. Merci pour ton commentaire agréable comme tout au demeurant ! 😉

  • auroreinparis

    Tu parles beaucoup des heures jumelles. Je viens de me faire la réflexion que je tombais très souvent dessus. 8h08 ce matin. Pour toi ça devrait attirer mon attention ? Je suis assez déprimée alors que ma vie est belle, je fais de l’hypnose depuis peu, pour m’en sortir, pour vibrer plus haut , pour ouvrir mes yeux et mon cœur, parce que je me sens retenue par des boulets, des vibrations hyper négatives qui me pèsent … Mais je suis un perdue sur quoi faire … Enfin, j’en ai pris conscience, c’est déjà le début du chemin ?

      • sanantonio03

        Avant je tombais dessus mais je n’y prêtais pas attention. C’est vraiment un clin d’oeil appuyé de tes anges de l’autre côté. C’est donc bien le début du chemin. Plus tu verras des heures sans les chercher, plus tes croyances finiront par s’ajuster. Et la magie finira par entrer à travers la porte ouverte.

          • sanantonio03

            J’ai fait un article avec 5 vidéos justement. Elles devraient t’aider car elles abordent plusieurs points pour permettre de voir les signes, de reconnaître les coïncidences en assouplissant ton système de croyances actuelles. C’est le dernier article en ligne normalement.

          • auroreinparis

            Je navigue sur ton blog. J’irai voir les vidéos quand je ne serai plus entourée de mes collègues :). Mais c’ets interessant car j’ai des croyances spirituelles mais je n’ai pas vraiment « expérimenté ». Et maintenant j’aimerais les expérimenter ces croyances …

          • sanantonio03

            Alors je vais essayer de faire de mon mieux. Faudra prendre (et ça vaut pour toutes les personnes qui lisent ce que je fais) que ce qui résonne dans votre cœur. Je n’ai pas la vérité absolue, juste que j’ai un peu compris « pourquoi » on ne voit pas alors que tout est sous nos yeux depuis le départ. 🙂

    • AMELIE

      ne faîtes pas d’hypnose… c’est très dangereux. 8h08 signifie « méfie toi ». La dernière fois que j’ai vu ceci, j’ai découvert qu’une entité était en moi

  • Néon

    Ma petite amie est morte il y a un peu plus de 2 mois…

    Je n’arrive pas à m’en remettre, je me suis informé sur l’ésotérisme et la spiritualité mais je n’arrive pas à me convaincre.

    Impossible de faire les voyages astraux malgré toute ma volonté, je n’arrive pas à croire en l’existence de l’âme.

    C’était ma flamme jumelle ou en tout cas quelque chose qui y ressemble, complicité hors norme, j’étais enfin complet et l’univers me l’a arraché.

    Je suis mort intérieurement, j’espère chaque nuit ne pas me réveiller mais ça n’arrive pas, comment croire, reprendre espoir ? La corde va céder je ne sais pas encore quand, mais tout s’arrêtera à ce moment là, je tiens tant bien que mal…

  • Sandy

    Salut, j’ai que 15 ans mais pourtant les lignes que tu as écrite sont tellement fortes, on sent que tu as mis beaucoup d’énergie à écrire tout cela. Juste, merci infiniment, sans toi, je pense que ma mère serai déjà en train de préparer ma mort à l’hôpital. Je n’oublierai jamais tes lignes, merci encore.

  • Anonyme

    Je compte bien mettre fin à mes jour le Dr depaw de l hôpital van gogh de charleroi croi que c est du chantage se que je raconte j espère qu ils pensera à ces mots le jour de mon décet je suis pour lui un criminel j ai regarder des chose pas très jolie et pour lui je vais passer à l act donc voici mes dernier mots la vie est une merde car plus tu veut t en sortire plus on t entasse c est ça la justice belge !!!

    • sanantonio03

      Et si toute la souffrance qui t’avait poussé là avait un sens. Celle de t’éveiller. De te rendre compte que tu étais ici dans un jeu vidéo. Qu’il y a une vie après la mort mais que partir avant la fin du jeu t’obligera à recommencer la partie pour apprendre ce que tu as à apprendre…

  • Désespéré

    pesonne ne peut aider quand on arrive à ce point la mon ami c’est pendu depuis 1 mois et chaque jours je pense à le rejoindre car je n’ai pas su être la pour lui, j’ai pas pu l’aider.
    Comment continuer à vivre avec ça, si il y avait vraiment quelque chose apres il serait venu me faire signe.

    • tonyservera

      Ce n’est pas parce qu’il n’y a « rien » derrière qu’il ne t’a pas fait signe. Intervenir dans la matière leur demande beaucoup d’énergie. Etant donné qu’il s’est suicidé, il est probable (ce n’est qu’une simple supposition) que son âme encaisse le coup, elle est en « convalescence » si je puis dire. Il est possible qu’il se trouve sur des plans dont la vibration est basse, je ne sais pas. En tous cas, je compatis à ta douleur d’avoir perdu un ami. C’est surtout cette souffrance qu’il est important pour toi de digérer. Je te souhaite beaucoup de courage. Je t’embrasse.

  • Ocian

    Au point où nous en sommes, mon commentaire ne semblera pas hétérodoxe…
    J’ai la même conviction depuis des âges (« souviens toi de ça » : au moment de la chute).
    Les choix de vie sont bien certains, mais parfois l’on est pris au mot près, sans nuance… J’ai voulu une existence d’épreuves, l’ai obtenue, mais ma démarche résultait d’une défiance, d’une provocation du Très-Haut.
    Et puis je me suis suicidé : coma, réussite. Ils n’ont pas aimé.
    Je ce ‘Il’ ne connaît plus de limites mégalomaniaques. Je ‘il’ proclame que ce jeu sera tourné dans ses règles, ridiculisé, exploité jusqu’au dégoût et finalement une très mauvaise passe pour quelque puissance que ce soit un peu intéressée au bien.
    D’autant plus quand le mal résulte d’un processus conscient, qu’il devient un moyen, non une fin, ne signifie rien comme fin en soi, je l’utilise pour meurtrir et révéler l’abject d’un jeu que par volonté je déconstruis. J’essaie juste de limiter mes interférences aux autres, ils ne sont pas responsables de mon état. Je dépose ce jeu et cette autorité dans ma subjectivité, et quoiqu’elle fasse, elle fera ce que je veux. J’ai arrêté sa vie dans la mienne. Je l’ai démise. Qu’elle gesticule et s’énerve encore ! Quelle affaire…
    Je n’étais pas mauvais jusqu’au moment où j’ai fait de mauvais choix de vie. Et rien ne s’oublie tout à fait… Appelez cela Karma ou destin, il y a une part des vies antérieures qui ‘compte encore dans l’ici et maintenant’. Et un irréparable ne se colmate pas par une surenchère de mal enduré, absorbé. Il faut du bien. Là j’ai fauté, terrible erreur. Je me suis avili. J’en ai perdu le goût de la clémence pour Dieu, je serai prêt à le réformer si cela était possible, par envie de destruction de ce Tout dont nous sommes parts éparses. Ce n’est pas un caprice : c’est dans la continuité de son être : décideur pour moi ; je décide pour lui. Je décide de me jouer de son jeu. De le manipuler, sans même envie, ni goût, ni vice, ‘par jeu’.
    ils, les archanges, sont hostiles à ce programme. Je ferai ce que je peux pour leur causer du tort. Car j’ai raté ma vie, et la précédente et qu’il y a une part d’impondérables (et de non effaçable) qui va à l’encontre de l’idée de choix. On ne maîtrise pas tout, c’est ‘normal’ (?) On donne les grandes lignes et l’industrie du commerce des âmes vous jette au sol sans coup férir.
    Je crois tout cela et aussi que Dieu n’aime pas que l’on se moque de lui. Toutefois si cela ne lui est pas égal, je ‘ nous disposons d’un pouvoir sur lui et j’en viens à l’idée du suicide.
    Il en est pour son compte : refuser de vivre, c’est plaquer le jeu. On peut plaquer sans raison autre que la défiance et en vue d’une célébration : l’impéritie de ce paradigme à me contenter. Par la règle épousée, je le forcerai à venir à Ma décision qui est aussi la sienne. De l’inconvénient d’avoir des principes… S’il en est ainsi, et bien tant mieux ! Je m’approprie ce contre-moi, mais je le pousse à la fin encore plus énergiquement. Je le fais mien et le transmute. J’en fais un comble.
    Ce n’est pas que Dieu soit mauvais, son jeu repose sur des choix, et l’homme à son image peut aussi le désavouer : après tout il a fait de celui-ci une instance de jugement autant que d’action. Je ne fais qu’utiliser les armes qu’ils nous a léguées. Bon sang il n’aime pas. ça n’a plus d’importance.
    Il faut aussi retrouver son âme sœur sur terre, elle compte. J’aurais toujours de l’affection pour elle, mais je l’ai perdue. Depuis le temps s’est comme distendu, il m’impose le supplice de Tantale, il s’allonge et se déforme. Il n’est pas agréable à tout le moins. Je l’ai perdue par raison directe de mes choix et quand l’insatisfaction vous est seule offerte à vivre, on peut – en conscience – cesser de vivre.
    Là où je ne vous rejoint pas c’est sur l’immortalité des âmes. Il doit y avoir une géhenne. Enfin la tabula rasa de l’ésotérique que je suis les implique aussi en plein. si je le pouvais, tout cela cesserait définitivement. Il cherche à être surpris par nos réactions qui défient la logique. Dont act. Ils-nous pouvons faire tant de choses imprévisibles. Y compris de ne pas vivre.

  • Ta mère

    Je me moi, regardez-moi. J’invite les gens à me lire alors qu’ils sont au fond, au désespoir, tout ça pour vendre un foutu livre et faire de l’argent sur le dos des malheureux. Mais quel merde tu es. J’en ai rien à foutre de ce que tu as vécu. Clic bait.

  • Redead

    Bonjour. J’ai 15ans et personnellement la vie ne m’a pas raté
    – lapin mort à mes 4ans
    – un mec a essayer de m’étrangler en CE2
    – harcèlement physique et morale venant
    Des profs et des élèves de là 6eme à la 3eme.
    – pneumonie qui a tellement détruit mes poumons que maintenant je ne peux plus courir lorsque je respire j’ai l’impression d’avoir un couteau dans les poumons
    – une santé très fragile
    – des problèmes au ventre à cause du doc
    – mon chat noir et ma tortue qui sont mort
    Sans oublié les rêves prémonitoire qui portent sur les attentats à chaque fois
    – mes parents qui me prennent pour une folle alors qu’à chaque fois il se produit exactement ce que j’ai rêver.

    Bref je n’ai pas eu de cadeaux nant de la vie. Au début j’exteriorisais en me mutilant mais je n’ai de place ni sur mes bras ni sur mes jambes. Mes membres sont remplis de cicatrice et aujourd’hui j’en peux plus tant pis si je dois souffrir tant pis si lorsque je mourrai mes parents seront triste tant pis si pour mourir je dois m’intoxiquer tant pis ! Je préfère mourir que rester dans cette cage. On dis toujours qu’il ne faut pas enfermer dans des cages trop petite pour eux mais dans mon cas je suis un oiseau enfermé dans une cage où bouger est impossible. Un jour mon âme prendra son envol et ce jour arrivera lorsque mon plan sera parfait. Limite je voudrai mourir en souffrant le plus possible mais je ne voudrait pas échouer car sinon mourir me sera impossible j’aurais une seule chancêtres et je ne devrais pas me rater.

    En tout cas merci pour ce que tu as écrit mais dans mon cas il est déjà trop tard

  • ???

    Je n’arriverai pas a passé au dessus même avec ton texte que tu a joliment écrit je suis mal j ai plus envie de vivre se qui mets passer devrait arriver a personne , dsl mes moi je ne guéri raï jamais

    • tonyservera

      Laisse une chance à la vie. Laisse toi une chance de trouver la paix et de guérir tes blessures. Il faudra certainement du temps, un peu de travail mais tu n’es pas là pour rien. Tu as quelque chose à faire, certainement une grande mission…

  • Anonyme

    Merci. Juste merci. Tu m’as aidé à me rendre compte que j’étais en train de faire une connerie. J’ai 13 ans et cela fait plusieurs mois que je pense à me suicider. Mais je ne voulais pas souffrir. Aujourd’hui certaines choses m’ont poussées à chercher sur internet « comment se suicider sans souffrir ». Et je suis tombée sur ton article. Je pensais que la mort était comme un moyen de tout arrêter, ses souffrances et ses tristesses. Mais je me suis trompée. Comme toi, je ne crois que en ce que je vois. Mais quand tu as dit qu’il n’y a jamais de hasard, que tout est un signe provenant de l’autre côté, ça m’a tilté. Tu as dit que si on meurt triste, notre âme restera triste aussi. Et ce n’est pas ce que je veux. Je veux être heureuse. Je veux vivre. Et c’est grâce à toi que je pense comme ça maintenant. Il y a 5 minutes, je voulais juste mourir et mettre fin à mes souffrances. Mais tu m’as aidée, et je pense que tu as aidé beaucoup d’autres personnes qui étaient dans mon cas. Maintenant, je dois me relever. Me battre. De toutes façons, la souffrance ne dure pas toute la vie. Il y aura bien un moment où ça disparaîtra.
    En tout cas, en 5 minutes de lecture, tu m’as empêché de faire une connerie. Merci. Merci beaucoup. Et maintenant je ne verrai plus les « hasards » ou «coïncidences» de la même façon. Maintenant, j’en suis sûre, il y a un Dieu.
    Bref, merci de m’avoir aidé. Si je n’avais pas lu ce texte, je ne serais peut être déjà plus là. Mais maintenant je veux vivre. Merci.

  • Phoenix

    A la recherche d’une méthode de suicide sans douleur, je suis tombé, entre-autres, sur cet article.
    Le respect de la langue française et le style m’ont poussé à le lire jusqu’au bout.
    Aussi, tu ne cherches pas à faire la morale, juste à apposer ton point de vue sur d’autres beaucoup moins reluisants.
    Et c’est ça qui fait la force de ton aide.
    Cela me redonne espoir. Merci.

    J’ai eu pas mal de signes d’un autre monde dans ma vie.
    Les heures jumelles ou les chiffres récurrents que je rencontre sont à base de 7 et de 1.
    J’ai déjà réalisé des sorties « astrales » et bénéficié d’aides providentielles.
    J’ai cependant tendance à l’oublier et mon esprit cartésien se garde une partie de scepticisme à l’explication de ces faits.

    Dans ma vie, j’ai croisé une personne « m’initiant » à la « magie » par un rituel ésotérique.
    Je n’y croyais pas trop mais j’ai vécu des choses un peu bizarres (paralysie du sommeil, rêves étranges,…). A cette époque, j’avais les mains qui me brûlaient en permanence.
    J’ai aussi perdu ma chaîne et mon médaillon de baptême à ce moment-là.
    J’hésite à me refaire baptiser…

    Bref. Je vais regarder ton livre avec attention.
    Encore merci. Tu as sûrement sauvé une vie de plus aujourd’hui.

  • Fanny

    Bonjour,
    Je suis tombée par ‘hasard’ sur ton article très bien écrit et qui fait réfléchir. Vu sous cet angle j avoue que ça dissoide de passer à l acte…

    J ai perdu ma soeur d un suicide il y a bientôt 7 ans et ma mère a fait la même il y a plus d un an …

    Je souffre physiquement depuis le décès de ma soeur aujourd’hui j ai 27 ans et j ai envie d arrêter cette vie de souffrance, j ai l impression que je souffre depuis que je suis petite, quand ce n est pas quelque chose c est quelque chose d autres, j ai l impression que ça n ira jamais alors pourquoi continuer ici, je me dis souvent que je devais être une mauvaise personne dans une autre vie …

    Voilà je suis perdue, Je n accepte pas de souffrir tant à mon âge et après tout ce que j ai vécu. .. as tu d autres conseils ?

    Merci d avance !

  • Sophie

    La mort c’est la fin de sa propre existence.
    Il n’y a pas de combat à mener ou à faire, pour se surpasser,on est ce qu’on est.
    Je pense que si on souhaite réellement se tuer c’est qu’on en a tout simplement marre de souffrir et qu’on souhaite dire stop,c’est une démarche qui n’est pas égoïste, c’est rester qui peut paraître franchement stupide car quand on a plus rien à donner à recevoir, franchement pourquoi rester et faire semblant?
    Pour les autres?Pour soi? C’est se mentir et mentir aussi aux autres.
    Bref c’est inutile.
    La mort de toute façon c’est un état naturel de la vie, on va devoir tous passer par là un moment ou un autre, alors pourquoi pas maintenant?
    Oui c’est la fin de toute chose après, notre conscience s’arrête et bien entendu tout le lot de nos problèmes, toute notre vie s’arrête d’un coup….
    Je pense qu’on est tous des couillons et des trouillards à se culpabiliser soi pour absolument rester alors que j’en suis sûr que c’est mieux de l’autre côté.
    C’est la peur de l’inconnu qui nous fait retenir ici, pas la vie.

    • Soprano13

      Très bien dit !! ta tout à fait raison donc je trouve le texte nul de chez nul sa motive rien du tout au contraire avec le fait de lire un texte qui pousse à redonner goûts à la vie je trouve sa bidon l’impressIon d’un message robot qui va nul par au contraire sa donne envie de pencer encore plus négative faut être naïf et vraiment con pour croire un texte comme sa si une personne n’a plus envie de vivre c’est que c’est raison de mourir est plus grande que sa raison de vivre donc pas d’interet De vivre vaut mieux se foutre en l’air car d’ailleurs en vient tous d’un coups de bite et en repartira tôt ou tard donc fait pas croire que la vie et belle la vie et belle au chanceux aux opportunistes et aux gens pleins de tune le reste c des survivants qui attend après un bonheur qui existe pas car tout est éphémère tout dur pas plus de 5min et lés horreur dur des heures et des heures et pour les personnes qui veule savoir après la mort y’a que les morts qui le savent donc parler pas c mieux y’a personne qui est partit est revenu c son des rêves ou cauchemar car quand en par c définitif

  • Zaraki

    Ouai on fais comment pour partir sans souffrir quel médicament je n ai pas d arme à feu sinon je n ecrirais pas se message tu ne réponds pas a comment faire je cherche comment partir sans a avoir a souffrir en paix

  • Kaiko Barcons

    oui, oui du haut de mes 14 ans tu m’as fait du bien. la vie t’as piétiné, moi aussi t’inquiète j’ai eu ma part et je ne suis même pas sûre de l’avoir finie. mais sache que tu m’as fait plus de bien que les autres. je ne te connais pas, je ne sais pas ton prénom, je ne sais pas ton âge, mais tu m’as aidé à rester. merci toi dont je ne connais pas le prénom. tu as sauvé une enfant mal et détruite.

  • OffMvn3

    Attends on est là pour apprendre des techniques pour se suicider ou s’en dissuader ??
    Y’a des gens qui essayent de se suicider ici !

  • Anonyme

    Je ne sais pas si tu est encore actif ici. Toi celui qui y a écrit cet article mais voilà aujourd’hui on est le 6 Novembre 2019. Et je t’écris ici pour te dire que ton article était très intéressant et ma appris beaucoup de choses mais voilà j’ai mal tout les jours de ma vie et j’arrive pas à oublier cet douleur peut importe le nombre de fois que j’ai pu essayer mais désormais je veux mourir même si cela paraît vraiment stupide je le veux mais j’ai peur de le faire peur d’avoir mal et je me dis que mon attitude est vraiment lâche de fuir la vie aini mais pour les personnes comme moi qui ont mal et qui n’arrive pas à s’en sortir nous n’avons pas d’autre solution. J’espère que malgré tout j’aurai une réponse.
    Et je viens de le faire.
    Merci quand même.

  • Anonyme

    Je cherchait une réponse à ma question, Dommage… pourrais tu seulement changer le nom de cet article. Ils sont en désaccord. Les personnes qui cliquent là dessus n’ont pas besoin de solutions. On l’a déjà trouver ; le repos

  • Wil

    Je suis passer ici car je vais pas bien .cela fait 6 mois que j’y pense je suis en pleine dépression je pense je maccroche depuis des années j’y arrive plus j’ai tout perdu. Aujourd’hui j’ai pris la décision plus rien me retient plus personne a besoin de moi.je cherche pas de réconfort j’avais juste envie d écrire ces quelques ligne avant la fin. que quelqu’un lise pour une fois ce que je dit jamais a personne je me dit que peut être juste le fait d’écrire me fera retiré un peut de cette souffrance et me ferait rester .aujourd’hui je vais au plus mal depuis le réveil je pleure je souffre+ que d habitude j’y arrive plus j’en peut plus .merci d’avoir lue jusqu’à la fin

  • UnNainCapable

    Putain d’enfoirer … sympa dans ta démarche perso mais quand meme .. c’est frustrant de venir avec une idée fixe , de voir ton pavé , de commencer a le lire …
    Et de se rendre compte que même pour chercher un moyen de se suicider , on est si mauvais …

    c’est a ce moment la que tu dois te rendre compte que tu fais pas le bonheur de tous vieux.
    Ta démarche , aussi louable soit elle pour la société ..pour nous , c’est vraiment pas le cas . fin si j’avais pas un minimum de bon sens , je t’aurais insulter tant j’ai été dégouter de ce que tu viens de nous faire.

    Désoler , mais j’ai aucune sorte « d’amitié » pour des gens comme toi.

  • Lila

    Oui , je suis ici pour savoir comment faire pour mourir sans trop souffrir !!!
    Quand tu souffres physiquement et moralement H24 depuis 1 an , je pense avoir assez donné et m’être assez battue ! Je n’ai plus de forces.. ma vie est un véritable enfer, je ne pense pas que cela pourra être pire de l’autre côté.. je veux arrêter de souffrir et faire souffrir mes proches ! Alors j’aimerais savoir comment faire pour arrêter tout cela ! Merci beaucoup .

  • Mina

    Moi aussi je veux mourir, la seule chose qui m’empêche c’est que dans ma religion , celui qui tue lui même va à l’enfer. Et moi je veux pas quitter l’enfer de la vie pour un autre enfer éphémère. Je suis fatiguée, blessée et je veux plus exister. Si seulement lorsqu’on meurt , on s’évapore dans le vide..

  • Roveredo maria rita

    Tout a fait d accord avec toi l âme survit apres la mort ,des médecins en on fait l expérience lors d une nde .le docteur Eben alexander l explique tres bien. La mort ne resous rien l âme continue a vivre.nous sommes sur terre pour accomplir une mission et il faut se battre pour l accomplir.il faut chercher dieu même si vous douter,cherchez et vous trouverez ,demander du fond du coeur et vous aurez des réponses,la priere du coeur fait des miracles.

  • Fille banale

    J’Ai Juste envie de mourir. Que mon ame reste ou quoi j en ai plus rien a foutre. Sa fait 16 putain d année que chui dans se monde et j aurais préféré jamais naître.
    Je suis épuisée. Je sais que bcp sont dans mon cas. Alors bonne chance à vous. Mais pour moi c’est terminé.

  • Nathan

    Je tiens à te remercier pour tout l’effort que tu as mis pour aider ceux comme moi, qui pensais que la vie étais le jeu le plus ragent au monde. Alors que depuis le début c’est seulement nous qui n’avons pas vue la solution pourtant clairement écrite.

    J’ai 15 ans et comme la plupart des personnes qui ont lue ton article la vie ne ma pas fais de cadeaux. Dépression (qui est génétique du côté de mon père donc qui restera en moi a vie), tout les personnes qui partent des rumeurs sur moi depuis mon primaire, les faux-cul qui me la met en l’envers dans les moments ou j’avais le plus besoin de réconfort, anxiété sociable et j’en passe. Grâce à toi et ton article j’ai retrouver le goût de vivre et partager mes expériences a ceux qui en ont besoin pour pas qu’ils fassent les même erreurs que moi.

    Mais j’aurais quand même besoin de quelques autres petits conseil qui pourrais m’aider à voir la vie differament (genre comment passer par dessus mes dépressions) et avoir une plus grande motivation côté travaille car ici au Québec l’âge pour commencer à travailler c’est 15 ans (je sais pas il faut qu’elle âge en france) et avec mon anxiété sociable sa me stress beaucoup et j’ai peur de me trouver un emploi… Et je suis désoler si tu as de la difficulté a me comprendre car j’ai un peut de la difficulté à trouver mes mots (sa fais plus de 2 heures que je pleure du coup j’ai un peut mal à la tête).

  • Medelhyn

    Si cette putain de vie n’est qu’une étape, qu’une partie, alors à quoi bon jouer à ce jeu de fils de pute ? autant se tirer une bastos direct et jouer à la suite direct, je gagnerais du temps, sa m’évitera de continuellement devoir supporter cette connerie humaine, ce monde de merde ou rien ne va alors qu’on a tout les putains d’outils pour y arriver. Des gens, des animaux, des êtres vivants en général souffrent et meurent pendant que nous, nous n’en avons rien à foutre. Nous dépendons d’un putain de corps de merde qui joue sur nos émotions, comment se considérer comme des être digne d’un tel parcours si prometteur ? ce n’est pas en se voilant la face face à la réalité de l’Homme qu’on s’élève, si c’est le cas alors DIEU (ou ce que ce mot représente) n’est qu’une grosse merde sans nom.

    Si c’est un jeu, alors pourquoi on ne commence pas au même niveau ? pourquoi certains hommes devront trimer toute leur vie pour à peine savoir lire & écrire quand d’autre ont accès à toutes les connaissances & le savoir du monde ? si nous sommes unique chacun, pourquoi dépendons nous génétiquement de nos ancêtres ?

    J’ai toujours voulu changer le monde, le faire bien. Mais je suis juste entourés de deux types de gens, ceux qui subissent la dureté du monde et en sont aveuglés & ceux qui la font subir… j’appartiens à la première mais, sa se trouve, j’aurais pu appartenir à la deuxième si j’étais né dans une autre région du monde ou dans une autre famille. Nous ne sommes pas unique, pas spécial, nous sommes juste le fruit de l’univers en lui-même, sans âme, sans véritable libre-arbitre, nosu dépendaons de notre environnement & lui appartenons même.

    Mon nom est Medelhyn, svp, aidez moi à trouver la force de me tailler les veines, je suis trop une putain de salope pour le faire moi-même…

  • Titi

    Je me procure des sousi tous seul je n avance .je fait du mal autour de moi je n en peus plus ,j avais tous pour être heureux .s est l enfer
    je m en veux, malheureuse on peu pas revenir sur le passé .je ne sais comment revenir bien rien ne me fait plaisir .depuis un boun out y a 2 ans pas de reprise je culpabilise. J ai honte de moi
    Vos paroles son vrai il faut se raccrocher un espoir

  • Peut importe

    Bonsoir, mourir cette question me suit depuis des années. J’étais encore jeune et innocente quand je suis tomber amoureuse. Trop tôt, trop jeune, trop d’écart d’âge. J’ai vécu un amour à sens presque unique jusqu’à ce que l’heureux élu se suicide. Depuid Mes conquêtes se sont enchaînés. J’ai toujours ce que je veux. Je plais je suis une jolie femme drôle joyeuse et caracterielle. Mais depuis plus de dix ans je ne fais que de briser des coeurs. Car le seul homme que j’aimerais toute ma vie à déjouer le destin sans que j’ai pu lui dire ce que j’avais sur le coeur. Maintenant je me retrouve comme lui. Je me déteste. Tout le monde tombe sous mon charme mais je suis incapable d’aimer. Il était ma seule raison de vivre pour aucune raison valable je l’aimais. Maintenant je me retrouve être la méchante je fais tout depuis des années pour tomber amoureuse. Ça ne marche que dans un sens. Je suis damnée. Je ne veux plus faire souffrir un seul coeur. Je sais trop le mal que cela fait. Je voudrais juste le rejoindre et arrêter de briser des coeurs. Aider moi, sans lui dans ce monde je ne trouve plus ma raison d »être sauf de faire mal à contrecoeur. Je veux me libérer de tout ça.

  • Alina

    Salut tout le monde
    Je n’ai aucune idée par quoi commencer… Le motif de ma visite sur ce site on le connait tous. Moi, je veux mourir. Je suis une personne qui a trop donné et qui se trouve maintenant à l’eau dans la mer agitée. En plus, j’ai une jeune fille de un an et demi. C’est une beauté qui me terrorise déjà. Je me sens seule. Je suis égoïste. J’ai une mère dépressive qui m’a élevé sous une pluie de ses regrets. Jamais d’encouragement, aussi égoïste. Je veux que ma fille aie une mère saine d’esprit et je ne suis pas une.
    Voilà…Je les comprends, tous ces gens… je vais trouver un moyen.

  • Eric D.

    Des conneries j’en ai lues mais des comme celle-là, j’avoue que j’ai pas de mot là. En tout cas, le bas astral ou tout autre calembredaine, c’est une construction mentale humaine qui n’a d’autre but que de maintenir en vie des futurs disciples de je ne sais qu’elle secte. Tony, tu es un couillon ou un manipulateur de plus. Et ce n’est pas ce ton soi-disant détaché, genre j’dis ça j’dis rien qui me fera changer d’avis, bien au contraire. On est là dans resucée du système judéo-chrétien (Dieu t’envoie des épreuves et autres conneries).

    Ce n’est pas bien Tony de semer le doute dans l’esprit de personnes trop sensibles pour supporter ce monde de merde et de sous-entendre qu’il n’ont pas d’amour dans le cœur. Je te propose de disparaître avec tes phénomène pseudo-surnaturel que comme par hasard, tu es seul à voir, et d’arrêter de faire chier les gens qui ont envie de quitter un monde qui ne leur convient pas pour autant de raisons qui leur appartiennent. Tu nous rendrais service.

    D’avance merci. C’est rédigé à 10h50 (merde on ne m’envoie pas de signe).

  • Hustler

    Salut a tous…je suis dans le meme cas que vous..si jamais vous avez envie d’en parler ça serait avec plaisir car moi aussi je trouve que la vie est une souffrance perpétuelle et quelle na aucun sens donc si vous voulez en discuter plus amplement je suis dispo..

  • Arly

    Tiens c’est marrant, je commençais déjà à chercher mes mots pour expliquer combien cet article tentant discrètement de vendre ses conneries à des personnes dans le désespoir me foutait la gerbe. Mais c’est bon, Éric, tu as tout à fait résumé le fond de ma pensée. Merci dude.

  • Alfred

    Encore un super article qui pollue les résultats de recherche des mots clef « Comment se suicider sans douleur ? » sans évoquer le sujet, sans donner de méthode; du spam tout simplement…

    Ca doit se donner bonne conscience en se disant que c’est pour le bien d’autrui?
    Et que dirait l’auteur si pour son propre bien des gens voulaient lui casser les c***** car ils auraient décider à sa place ce qui est bien pour lui….

    Au passage on place un produit « gratuit » d’accroche pour récupérer des emails et se créer une clientèle derrière.. Ce dernier point me dérangerait un peu moins si il ne prenait pas vie dans le mensonge monumental que constitue cet article dès son titre.
    Les brouteur/arnaqueurs en tout genre pullulent sur le net, tout comme ces spammeur d’un nouveau genre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *