Dans ta quête de bonheur, il y a une qualité qui est à mon sens indispensable : c’est la confiance en toi. Bon, tu t’en doutais un peu parce que c’était écrit dans le titre mais ne nous laissons pas divertir, le sujet est sérieux et j’ai pas mal de choses à dire… 🙂

Pourquoi certaines personnes atteignent des sommets de réussite quand d’autres passent leur temps à échouer ? C’est vrai ça d’abord. Qu’est-ce qui peut bien expliquer rationnellement que certaines personnes enchainent les succès là où d’autres cumulent les échecs, les roustes et les déroutes ?

La première réponse que j’ai envie d’apporter, c’est qu’il existe une différence principale entre quelqu’un qui connaîtra le succès et celui qui ne le connaîtra pas. Cette différence, c’est l’état d’esprit. C’est le mindset (comme disent les argentins, haha). C’est l’ensemble des croyances et des systèmes qu’utilise l’individu au quotidien, consciemment et inconsciemment, pour influer sur sa réalité.

Dans cet état d’esprit, une des données est capitale. C’est la confiance que l’individu s’accorde. Et on ne va pas tourner cent sept ans autour du pot, lorsque tu n’as pas confiance en toi, tu ne peux pas réussir. Tu génères toi même la cause de tes échecs. Tu as installé une croyance limitante. Alors l’avantage, c’est que même si ce n’est pas une maladie, ça se soigne ! Ce n’est pas quelque chose de définitif. La première chose à faire, c’est de reconnaitre que ton manque de confiance en toi te joue des tours. C’est de reconnaître l’impact que ça peut avoir sur les expériences que tu peux vivre…

Ce n’est que lorsque tu prends pleinement conscience d’un problème que tu peux le résoudre…

Une personne alcoolique ne pourra jamais être soignée si elle ne reconnait pas elle même qu’elle est alcoolique. Si elle ne prend pas pleinement conscience de l’impact négatif que cette situation implique, il n’y aucune chance qu’elle puisse guérir. L’entourage pourra pester, supplier, hurler et tout tenter, ils n’y parviendront pas. Le levier de tous nos changements, de toutes nos transformations est intérieur. Personne ne peut aller appuyer sur l’interrupteur à notre place. Personne ! Parfois, il faut un choc, il faut se faire très peur pour que cette prise de conscience émerge des ténèbres. Le déclic apparait en général au moment où la situation devient critique. Extrême même. Si la personne alcoolique chute dans les escaliers de chez elle et frôle la mort, il est possible qu’il se passe quelque chose dans son esprit. Parce qu’elle a éprouvé l’extrême limite de son comportement actuel.

Si je m’étale sur le sujet (et pas dans les escaliers), c’est que c’est la même chose pour toutes nos problématiques. C’est en y faisant face, les yeux dans les yeux, que l’on peut les résoudre. Il faut les mettre en lumière sans se voiler la face. Il faut les reconnaître, il faut les accepter.

Les effets fourbes du manque de confiance

Manquer de confiance en soi est un problème majeur. Notamment car il touche à l’ensemble des domaines de notre vie. Autant sur le plan personnel que professionnel donc. Par exemple, ce manque peut avoir une incidence sur notre capacité à faire des rencontres amoureuses : difficile de tirer son épingle du jeu en matière de séduction lorsque l’on bafouille, cherche ses mots et qu’on se met à produire le taux d’hygrométrie de la Guyane sous ses propres aisselles. Pas facile de convaincre un employeur lorsque l’on tremblote comme si on était assis sur un vibromasseur. Tu vois le tableau ?

C’est indéniable, le manque de confiance en soi produit tout un tas d’effets négatifs. Elle nous prive de vivre pleinement. Elle nous prive de nous réaliser. Et ça, c’est grave !

Comme j’aime souvent à le rappeler, je ne détiens pas une vérité absolue. J’essaye juste de parler avec mon coeur. J’essaye de te parler de manière authentique. Pas de te sortir un petit top 5 à la va-vite pour générer du clic. Non, j’essaye vraiment de te faire passer un message. On n’augmente pas sa confiance en soi en trente secondes montre en main. Il n’existe pas de miracles. Il n’existe pas de pilule magique pour devenir confiant en toutes occasions.

L’alcool, de par son pouvoir désinhibiteur, semble pourtant être régulièrement utilisé dans cette optique. Il nous confère l’impression d’être plus confiant, plus détendu. Il donne l’impression d’accroitre notre maitrise de la situation. Il me semble pourtant que c’est une grossière erreur. Modifier nos perceptions est un subterfuge. Cela ne fonctionne pas. Au contraire, on endort nos facultés. On altère nos perceptions. Ce n’est, à mon sens, absolument pas une solution viable. Sinon, ça se saurait ! 🙂

Non, la solution, c’est le travail sur soi. Comme pour chacun des pans de notre vie que l’on souhaite améliorer, cela demande de la persévérance et de la dédication. Il y a quand même quelques clés que j’aimerai te délivrer. Ca a marché pour moi. Pourquoi pas sur toi ?

Ton corps, c’est ta carte de visite

Oui, ton corps est extrêmement important dans la conquête de la confiance que tu peux te porter. J’entends déjà certain(e)s parmi vous élever leurs voix en arguant que nous sommes inégaux à ce niveau. Et que bien entendu, il est plus facile pour un mec qui a le physique de Brad Pitt de faire des merveilles en matière de séduction. Non, n’allons pas dans cette direction. Parce que c’est une erreur qu’il faut impérativement éviter. Il ne faut pas se comparer à autrui. Jamais. Jamais ! D’où que nous partions, nous pouvons toujours apprendre et nous améliorer. Tu en es déjà l’exemple vivant. Tu as appris à marcher, tu as appris à t’exprimer. Pour certains d’entre vous, vous avez même déployé des aptitudes dans des activités artistiques, sportives et culturelles. Vous savez peut-être résoudre un rubik’s cube. Vous savez peut-être jongler avec des oranges. Vous savez peut-être parler le japonais. Qu’importe. Vous avez  appris. Et tu peux toujours apprendre. Mais en te comparant à autrui, tu places le curseur au mauvais endroit. Observer une personne qui transpire la confiance en elle et s’en inspirer, je dis oui. Se comparer, je dis non. C’est inutile. Cela ne sert à rien. Quand tu te compares à quelqu’un qui part de plus loin que toi, tu nourris ton ego. Quand tu te compares à quelqu’un de meilleur, tu nourris ton complexe d’infériorité. Dans les deux cas, ce n’est absolument pas productif. Comme pour botter le cul à un ego mal placé, tu rencontreras toujours quelqu’un qui sera meilleur que toi. Le mieux que tu puisses faire, c’est de t’en inspirer. La seule personne avec qui tu dois faire des comparaisons, c’est avec toi même ! Tu dois mesurer ta propre progression, c’est tout ce qui compte…

Ton corps, disais-je, est très important. L’idée n’est pas de se focaliser sur tes complexes. L’idée, c’est de regarder en conscience ce qu’il est possible d’améliorer. Personnellement, mon surpoids jouait énormément dans la balance (haha, que je suis con).

20140309_125910211_ios

C’était moi en 2014. Tu noteras une petite calvitie en train de se radiner doucement mais sûrement à l’ouest de mon environnement capillaire. Je pesais 82 kilos. J’étais pas franchement à l’aise dans mes vêtements. Tout cela impliquait chez moi un mal-être. Cela impactait directement ma confiance en moi. Ma gestuelle, le positionnement de mon corps dans l’espace, ma prise de parole en public étaient impactées par cette problématique. Aujourd’hui, je fais du sport quatre fois par semaine et je mange sainement. J’ai réussi à me transformer… Et franchement, si j’ai réussi, tout le monde peut y arriver. Je donne d’ailleurs mes conseils dans mon article pour perdre du poids efficacement.

Si tu fais du sport et que tu améliores ton alimentation, tu obtiendras obligatoirement des résultats. Et tu sais quoi ? Atteindre des objectifs que tu te fixes est le meilleur moyen pour augmenter sa confiance en soi !

La confiance en soi, c’est un muscle. Il faut atteindre des objectifs. S’en fixer de nouveau. Et continuer. Plus on atteint d’objectifs, plus notre confiance en nous augmente…

Le style vestimentaire

Le sujet peut paraître trivial mais il a été démontré que la perception que nous avions de nous-même n’était pas la même en fonction de notre style vestimentaire. On n’aura pas la même attitude suivant que l’on porte un costume trois pièces ou que l’on se balade en jogging avec les chaussettes dans les tongs. Il est donc primordial d’en prendre soin.

Soigner son apparence, voilà le maître mot.

Tu l’auras compris, qu’il s’agisse de ton corps ou de ton style vestimentaire, je te conseille de prendre soin de ton apparence. Pour mes lecteurs masculins, les copains de chez Lifestyle Conseil donnent d’ailleurs un tas de conseils très utiles en la matière. Sache aussi que ton attitude et la manière dont tu te tiens ont aussi un impact sur la perception que tu te fais de toi même. Si tu as les épaules rentrées, la tête basse et les yeux fuyants, il y a fort à parier que tu ne dégages pas la confiance à plein nez. Encore une fois, ce n’est pas grave. Le tout est d’essayer de s’observer pour en prendre conscience. Et si ta posture pose problème, pourquoi ne pas t’essayer au yoga ?

La prise de parole

Prendre la parole en public est un exercice qui peut sembler périlleux. La peur du jugement d’autrui peut être très handicapante. De la même manière, tu peux t’améliorer. Tu peux progresser. D’où que tu partes. Il n’y a aucune limite à ta progression sinon toi même. Tu peux donc te trouver un club de théâtre ou d’improvisation pour travailler ta prise de parole. Il y a également des clubs Toastmasters. C’est là où je me suis récemment inscrit à titre personnel. Je ferai très probablement un article dédié à ce qui est proposé là-bas mais en quelques mots, c’est un club qui permet de s’entrainer à prendre la parole en public par le biais de discours préparés ou de prises de parole improvisées… C’est très enrichissant et l’ambiance est très bienveillante. Le but n’est pas de se juger les uns les autres, le but est de progresser ensemble…

Pour finir, je sais que la PNL (programmation neuro-linguistique) propose également des ateliers permettant de progresser. Je crois beaucoup à l’efficacité de la PNL mais le plus important, c’est que tu sois convaincu(e) par tes propres choix. Que tu choisisses ce qui résonne dans ton coeur ! A l’inverse d’une thérapie traditionnelle, la PNL se fiche des origines de ton manque de confiance en toi. Si l’un de tes parents passait son temps à te dévaloriser, il est possible qu’aujourd’hui encore, tu aies pris le relai. Inconsciemment. Tu te parles peut-être comme à une merde. Tu te dénigres. Tu te rabaisses. Tu n’y fais peut-être pas attention car c’est peut-être noyé dans le flot de tes pensées mais c’est là. Tu te violentes. La PNL ne cherche pas l’origine du problème, elle se concentre vraiment sur la recherche de solutions pratiques. Et c’est pour ça qu’elle me parle personnellement plus qu’une thérapie traditionnelle.

C’est bien gentil de comprendre que si aujourd’hui l’on n’arrive pas à courir plus de vingt minutes c’est parce que l’on porte des chaussures en plomb. Mais à un moment, si on veut réussir à courir ces foutues vingt minutes, on trouve une solution : on enlève les chaussures ou on apprend à courir avec…

La zone de confort

Habitue toi à faire des choses que tu n’as jamais faites. Même si elles te font un peu peur. J’en parle dans mon article « Sortie de zone » : ça marche vraiment. Aujourd’hui, sans dire que j’ai fait la peau à toutes mes peurs, j’ai quand même considérablement musclé ma confiance en moi. Parce qu’à chaque fois que je me suis fixé un objectif, même petit, je l’ai dépassé. Fais des pompes en pleine rue. Tu t’arrêtes sur le trottoir. Tu fais dix pompes et tu repars. Tu t’en contrebranles du regard des autres. Ils sont dans leur propre réalité. Toi, t’es dans la tienne. Et c’est toi qui a décidé de monter sur le ring pour croître et progresser. Tu peux déjà t’en féliciter. Ne te pose pas trente mille questions. Tu t’arrêtes. Tu fais tes pompes et tu traces. Mission terminée, retour à la base… Tu vois l’idée ? Il faut que tu te pousses. Que tu te challenges. Moi, ça me faisait autant peur qu’à toi en fait. Je ne suis pas meilleur. Je ne suis pas un super-héros. J’ai juste un peu d’avance sur ce chemin. Pourquoi ? Parce que j’ai vraiment expérimenté tout ça. Je me suis vraiment défié. Et le comble là-dedans ? C’est que j’ai adoré ça et que ça a marché ! 🙂

J’ai déjà écrit dans mon article « Allume cette putain de fusée » à quel point je suis convaincu de ton potentiel. Je n’en démordrai pas. D’où que tu lises ce mail sur la planète : tu es unique ! Même si on t’a farci le crâne avec des humiliations et des critiques. T’as la capacité de grandir, d’évoluer et de progresser. Tous les jours. Mais il faut t’y mettre. La vie ne t’attendra pas. Le temps file parce que c’est ce que ce couillon sait faire de mieux. Je serai malheureux de savoir que t’as quitté cette planète le coeur plein de regrets. Alors au boulot. Moi, j’ai confiance en toi. Tu vas y arriver. Tu as lu cet article, tu es déjà en chemin alors ne t’arrête plus d’avancer…

Si aujourd’hui, t’as l’impression que ton mental est plus puissant que toi, je t’offre le premier module de ma formation « Fais entrer de la magie dans ta vie » C’est gratuit et ça te permettra d’apprendre à reconnaître tes peurs et à vivre dans l’instant présent. Il suffit de t’inscrire et tu recevras automatiquement un mail avec ton accès…

______

Tu aimerais développer facilement ta confiance en toi ?

>> CLIQUE POUR OBTENIR TON LIVRE OFFERT <<