Sélectionner une page

Comment reconnaître sa Flamme Jumelle ?

Il y a de grandes chances pour que tu sois une flamme jumelle en pleine séparation. Runner, chaser : ces mots surprenants font désormais partie de ton vocabulaire.

Il y a aussi de grandes chances pour que tu sois sensible à des termes comme guides spirituels, anges, synchronicités et que tu tombes constamment sur des plumes et des heures jumelles et même que ça te fasse sourire.

OK, si cette petite introduction te parle : il y a des chances pour que toi et moi, nous vivions à peu de choses près la même chose.

Si tout ça te semble un peu flou alors la question se pose. Comment reconnaître sa flamme jumelle ?

Je ne suis pas le premier à écrire sur le sujet. Il y a déjà des tonnes de vidéos et d’articles qui traitent cette thématique en long en large et en travers. En revanche, la seule chose dont je sois sûr au moment où je t’écris ces mots : c’est que personne ne détient véritablement la vérité. Et assure toi bien de rester jusqu’à la fin de l’article car je vais te partager quelque chose qui risque littéralement de te décoiffer sur ce que je pense de cette relation divine.

Si je reprends ma propre expérience, c’est assez simple et je vais t’en décrire quelques passages. Je ne vais pas trop rentrer dans le détail car je me suis appliqué à écrire un livre sur le sujet des flammes jumelles.

J’étais athée. Je venais de vivre une période difficile, une séparation amoureuse. Ce n’était pas une amourette, il y avait des enjeux et quand mon ex m’a dit qu’elle ne m’aimait plus, ça m’a foutu par terre. Spiritualité ? Non, c’était pas du tout ma came. Très loin de là d’ailleurs. J’associais la spiritualité à la religion, je n’avais pas pigé qu’il pouvait y avoir quelque chose d’autre. Je ne m’y étais jamais vraiment intéressé à vrai dire. Et ma propre évolution personnelle ne m’intéressait pas non plus. Je ne savais même pas qu’on pouvait s’améliorer, haha.

Ça parait ridicule de dire ça mais voilà le tableau, dressé en quelques petites lignes. Un mec en surpoids, au chômage qui se fait larguer alors qu’il est papa depuis à peine un an et demi.

Cette première séparation m’a fait beaucoup de mal. Mais assez vite et de manière surprenante, il y a eu comme un élan pour l’amélioration personnelle. J’ai démarré un cheminement sans même m’en rendre compte. Sur les ruines de ma relation qui venaient de s’écrouler, j’avais envie de devenir meilleur. J’ai donc commencé à faire du sport, lire des bouquins de développement personnel et améliorer un peu ma diète.

Puis elle m’est tombée dessus. Une belle étrangère en vacances sur Bordeaux, la ville à côté de laquelle j’habitais à l’époque.

Ça, c’est détaillé dans le livre mais là, je me dois de faire court.

Ensuite, il y a eu une petite aventure, une histoire d’amour. Courte. Trop courte. Mais d’une puissance inouïe. Je me suis fait torpiller la tronche. Mon coeur s’est ouvert comme une moule dans une marmite d’eau chaude, haha. Oui, ça m’amuse beaucoup de proposer des métaphores aussi rustiques sur un sujet aussi incroyable.

Pour elle, je prenais l’avion car c’était une canadienne installée à Londres. Puis, août 2015, le jour de la St Amour je la quittais dans la petite station de métro de Brixton, dans le quartier de Londres où elle vivait.

À ce moment-là, j’étais bien conscient que cette histoire se terminerait. Une histoire à distance, ce n’était pas spécialement envisageable.

Puis, le gros bazar s’est mis en place dans cette expérience de la réalité.

De l’amour qui ne pouvait plus s’empêcher de s’échapper de ma poitrine brûlante. Des coïncidences dingues. Et puis l’impression de m’être fait frapper par la foudre. Imagine une batterie de voiture que tu survoltes. Tu y branches une centrale nucléaire. Et tu envoies le jus d’un coup. Boum, il n’était plus simplement question de m’améliorer : il était question de devenir la meilleure version de moi-même, coûte que coûte. J’étais prêt à tout. Il n’était plus question d’avoir une vie médiocre, il était question que j’ai la vie de mes rêves.

OK, je ne t’ai pas perdu ?

Donc toi, est-ce que tu as rencontré ta flamme jumelle ?

Bah déjà, as-tu le sentiment que ce que je te décris te parle ? Parce que malheureusement, il y a de nombreuses personnes qui pensent avoir fait cette fameuse rencontre. Elles s’en persuadent. Elles cherchent à tout prix à faire rentrer leur vécu dans cette case. Mais tu sais quoi ? Au final, ce n’est pas si important.

En fait, rencontrer sa flamme jumelle : ça revient à se rencontrer soi-même. Mais attention, alors qu’au départ, quand je lisais ces mots, je ne comprenais pas ce que ça voulait dire j’ai eu la chance de faire une rencontre cette année qui m’a amené à passer une étape dans ma compréhension de ce lien.

Et mon ego n’a pas du tout aimé sa remarque.

Cette relation, elle m’a littéralement fait plonger dans la spiritualité. Je me suis mis à écrire des articles puis des livres. Je me suis mis à tourner des vidéos, j’avais le sentiment très fort de m’être reconnecté à ma mission de vie. Quoi de plus efficace qu’un ancien athée sceptique pour amener les autres à douter de leurs certitudes, hein ?

En 2019, je me retrouve assis face à Thibault. Il n’a pas un physique imposant. C’est une personne qui travaille dans l’audiovisuel, il a réalisé des films et collabore avec des YouTubeurs de renom sur des vidéos qui font des millions de vues.

Je me retrouve assis face à lui et nous parlons de spiritualité. Thibault est très simple mais il a vécu une réalisation du Soi.

C’est à Paris, en 2019. Je m’apprête à quitter la France pour la Thaïlande. C’est d’ailleurs depuis Chiang Mai, petite ville du nord que je t’écris cet article. Je suis avec Thibault et une amie.

Thibault, je lui raconte que c’est une rencontre de flamme jumelle qui m’a amené à m’éveiller, à m’ouvrir à la spiritualité.

Et, avec un petit rire plein de compassion, Thibault me dégaine cette phrase toute simple : « Il n’y a qu’une seule Conscience, Tony. »

Le pire, c’est que c’est exactement ce que j’ai découvert à travers ma propre expérience. Le divin n’est pas séparé de moi, il est cette présence qui accueille tout ce qui est. C’est ce qui est, en cet instant. L’espace ouvert où tout apparait.

Et Thibault remet le doigt dessus. « Cette fille, c’est juste ta propre Conscience qui s’est manifesté sous cette forme pour te ramener à elle »

Ouah, mon ego n’aime pas du tout cette idée. Mais pourtant, ça fait mouche.

S’il n’y a qu’une seule Conscience et si c’est qui je suis. Alors, il a raison.

Il n’y a pas de flamme jumelle, d’âme jumelle, de relation divine spéciale. Dans l’Absolu, il n’y a que la Présence que je suis. Et c’est tout.

Supporter la séparation de sa flamme jumelle

La séparation est douloureuse. Ce moment où cet autre se détourne de vous est une souffrance inimaginable. Il faut le vivre pour le comprendre, c’est vrai. Mais qui souffre ?

D’Eckhart Tollé à Arnaud Desjardins en passant par Ramana Maharshi, Jésus et Bouddha : toutes les personnes réalisées tiennent le même discours.

Des propres simples mais d’une profondeur abyssale.

Il n’y a pas d’individu séparé de ce qui est. Personne ne souffre puisqu’il n’y a personne. L’ego n’est qu’une illusion, une création, un mécanisme, un pantin destiné à jouer à la dualité.

Mais alors, cette flamme jumelle ?

Et bien, c’est une autre part de Soi. Une autre vague du même Océan que nous sommes. Une forme qui semble différente de notre propre forme jusqu’à ce qu’on puisse réaliser pleinement que notre nature véritable n’a pas de forme…

J’ai longtemps cru que cette relation de flamme jumelle m’avait éveillé. En vrai, elle m’a ouvert à la spiritualité. Oui, j’ai réveillé quelques capacités médiumniques. Un comble pour moi, l’ancien athée qui moquait ces charlatans. Aujourd’hui, je sais que je jugeais trop vite, à partir de ce que je croyais être vrai. Je me plantais, c’est comme ça.

Je suis sorti de mon corps. J’ai vécu des expériences si fortes qu’il n’est plus possible de revenir en arrière. Mon ancien système de croyances est fendu. Et comme tout ce qui est fêlé, ça laisse passer la lumière : la vraie.

J’ai horriblement mal vécu cette séparation avec cette canadienne. J’ai cru mourir, je me sentais vide et perdu. Je me suis mis à chercher compulsivement des réponses. J’ai demandé de l’aide à mes guides et à mes anges. Tony ne comprenait pas ce lien, ne comprenait pas ces émotions et la puissance de cette histoire.

Si tu cherches des réponses, cet article te laisse peut-être un goût amer. Je n’ai plus envie de nourrir la partie mystique du lien de flamme jumelle. La flamme jumelle, c’est encore la dualité.

Il y a la flamme et il y a moi.

Sauf que je crois que pour le cheminant spirituel qui cherche à percer sa propre vérité et qui cherche à goûter à sa nature, il faut savoir laisser de côté ce qui ne nous aide pas à avancer…

Être en paix après la séparation

Je ne le comprends encore qu’avec mon intellect et je ne l’ai pas réalisé pleinement mais je sais que ces propos pourront contribuer à celui ou celle qui tomberait dessus : nous sommes Dieu qui s’amuse dans une expérience matérielle. Nous jouons à croire en cette apparente dualité. J’avais beau lire que nous n’étions jamais séparé de notre flamme jumelle, je n’arrivais pas à dépasser les blocages que cette remarque suscitait.

Pourtant, si je suis le Tout : de qui pourrais-je être séparé ?

Ça, c’est l’Absolu. C’est le boss final, c’est la compréhension ultime. Quand tu touches à Cela, il n’y a plus rien. C’est l’Ultime Vérité. La Conscience absorbe l’ego et l’illusion d’être un individu séparé. Je ne l’ai pas pleinement réalisé. J’en ai juste eu un aperçu en 2016 alors que je lisais le pouvoir du moment présent. J’ai vu que dans l’instant présent, j’étais vide. Une fenêtre ouverte où tout apparaissait. Mais l’ego ne disparait pas si facilement. Il y a des mouvements de l’arrière au premier plan.

Et si je suis honnête avec moi-même, je me dois de reconnaître que je n’ai pas goûté à cet arrière plan. C’est amusant parce qu’au moment où je l’écris, je me rends compte que c’est une bêtise. Comment pourrais-je ne pas goûter ce que je suis ? C’est ma nature. Être, c’est la première chose qui soit. C’est la base, c’est le point de départ. Et je ne peux ni l’empêcher, ni l’affecter. Tony est perçu par cette Conscience englobante. Cette Présence est là. Disons alors que l’ego maintient toujours son petit bastion de résistance. Il ne veut pas disparaître, haha.

Flamme Jumelle ou pas, ce n’est pas si important aujourd’hui. J’ai délaissé les tirages de cartes auxquels j’avais commencé à devenir accroc. J’ai mis de côté les groupes Facebook dans lesquels j’étais ennuyé de baigner dans un tel flot de négativité. Toute cette souffrance, toute cette incompréhension… C’était triste.

Aujourd’hui, je pense toujours à cette fille, cette canadienne au prénom exotique. Mais la fameuse réunion des flammes jumelles ne m’intéresse plus. Il n’y a pas de défiance, juste une compréhension que cette envie est une tension qui me prive de réaliser l’Absolu.

Cette tension vers le futur suggère que tout ira mieux quand nous serons réunis, elle et moi.

C’est une tension qui décroche de l’Instant Présent. C’est une fuite en avant. On se met à supposer que le futur sera meilleur. C’est une illusion mentale puisque, je ne pense pas te l’apprendre, le futur est une illusion.

Alors, on en fait quoi de tout ça ?

Peut-on retomber amoureux de quelqu’un d’autre après la rencontre de sa flamme jumelle ?

Dis, tu poses de très bonnes questions, haha.

Ça m’est arrivé. Un amour d’une puissance incroyable. Faut-il comparer ces histoires entre elles. Non. Je ne pense pas.

Quand cette histoire d’amour d’une année s’est terminée, elle m’a laissé encore plus anéanti que par la séparation avec ma prétendue flamme jumelle. J’aimais cette fille du plus profond de mon coeur. Je lui trouvais toutes les qualités pour en faire ma partner in crime.

C’était elle, c’était moi. Et puis cette relation de flamme jumelle n’a pas aidé. Elle pensait avoir rencontré la sienne, je m’accrochais au fait que moi, j’en étais sûr.

J’ai vécu dans l’insécurité qu’un jour, elle me quitte pour rejoindre ce garçon qu’elle pensait être sa flamme.

Je pensais avoir guéri de nombreux défauts. J’avais été jaloux avec la mère de mon petit garçon. Je n’avais tellement pas confiance en moi. Puis cette relation de flamme jumelle m’avait forcé à accepter l’inacceptable. J’aimais inconditionnellement une fille qui m’avait laissé derrière elle pour continuer sa vie. Encore une fois, je survole mais si tu veux lire un roman salué par la critique (haha) tu peux toujours te procurer mon livre.

Quand vous aimez quelqu’un, l’imaginer faire l’amour avec quelqu’un d’autre que vous : c’est typiquement le genre de situations qui vous flinguent. J’ai un peu du mal avec ça. Et bah là, avec cette canadienne, j’avais accepté. J’avais lâché prise. Je m’étais rendu, mis à genoux devant l’évidence.

Alors quand j’avais abordé cette nouvelle relation, je pensais être guéri. Je pensais avoir dépassé mes démons. Mais non… Ce n’était pas le cas.

Oui, on peut retomber amoureux après sa flamme jumelle. Et en fait, j’ai envie de te mettre ça dans le crâne une bonne fois pour toutes. L’ego va te raconter que cette relation divine était unique, spéciale. Que personne n’arrivera jamais à la hauteur de ce lien. Je crois avoir vécu le contraire. Ce n’était pas rose et ça s’est terminé ce qui n’assure pas beaucoup de poids à mon argumentation, j’en conviens. Mais pourtant, je crois profondément qu’il est possible de goûter à l’amour partout et avec n’importe qui.

Si je suis cette conscience non identifiée projetée partout et que l’amour est ma nature alors pourquoi devrais-je ériger des obstacles et des croyances qui m’empêcheraient de goûter à cet amour partout où il m’est possible de le goûter ?

En moi d’abord puis dans cette communion avec une autre.

J’ai mis plus longtemps à me relever de cette dernière séparation que de mon histoire de flamme jumelle, tu vois.

Étonnant, non ?

Je salue la force de mon ego. La capacité de résilience dont je peux faire preuve m’impressionne. Je dis ça sans me brosser les épaulettes avec un petit air prétentieux.

J’ai cru que j’allais mourir. Mais je suis encore là. J’ai traversé l’enfer mais je suis encore là. Je tiens debout. Et je continue d’explorer le monde et ma propre conscience.

Être en paix, c’est ce qui compte. Vivre la joie. Guérir ses blessures. C’est de notre responsabilité de soigner nos plaies pour ne pas saigner sur les autres. J’ai abondamment saigné sur cette précédente relation. Et la culpabilité est toujours assez présente.

Je te souhaite d’être en paix avec cette histoire. Et s’il y a un truc à en retirer, c’est que dans l’Absolu, il n’y a que cette conscience que tu es.

Je te souhaite le meilleur, de belles prises de conscience et des expériences à la hauteur de tes ambitions.

Si tu veux découvrir mon histoire et te faire embarquer dans une histoire d’amour hors du commun, je te recommande une dernière fois de lire mon livre sur ma relation de flamme jumelle.

Je propose des sessions de coaching de développement personnel mais c’est sur candidature. J’accompagne régulièrement des flammes jumelles pour aborder sereinement cette expérience extraordinaire, tu peux m’envoyer ta candidature à contact@tonyservera.fr

En attendant, merci de m’avoir lu et à bientôt !