Comment est-ce que l’environnement influence la personne que tu deviens ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Comment est-ce que l’environnement influence la personne que tu deviens ?

Est-ce que les gens que tu fréquentes ont un impact sur ton expérience de la réalité ?

Aujourd’hui, j’ai envie de te partager quelques petites réflexions autour de ton environnement et de l’influence des gens que tu fréquentes.


Hier matin, 9h et quelques. Dans une salle de sport ultra moderne du nord de la Thaïlande.


Je suis en train de m’activer sur un vélo elliptique. J’ai un petit rythme tranquille.


C’est ma séance de cardio de la semaine. C’est aussi mon dernier entraînement alors autant dire que la fatigue est bien présente.


Alors qu’il n’y avait pas de musique, quelqu’un balance une chanson du dernier album d’Eminem.


C’est une chanson que j’aime beaucoup. Elle s’appelle Godzilla.
Alors que les couplets frénétiques d’Eminem commencent à résonner partout, je sens en moi un boost de motivation.


Mes jambes commencent à s’activer sur le vélo elliptique. Ma fréquence cardiaque augmente.


Je suis déterminé comme un fossoyeur de chats (c’est une blague un peu technique à base de « déterre » et de « minet », ne vous formalisez pas et continuons la suite de l’histoire ensemble.)


Aussitôt, je m’en rends compte.

Et ça me fait sourire.
C’est fou à quel point l’environnement peut influencer ton état intérieur.
J’étais parti pour me la jouer peinard ce matin.


Mais tu me mets une musique que j’adore dans mon environnement et automatiquement, je me mets à me remuer comme si ma vie en dépendait.


Tu as déjà constaté ça toi aussi ?


L’environnement, ce n’est pas juste la musique. Ça va beaucoup plus loin que ça.


Chez toi par exemple, il est comment ton environnement ?


C’est le Bronx ou c’est en ordre ?

Est-ce que c’est propre ?

Est-ce que tu aimes les objets qui s’y trouvent ?

Est-ce qu’il y a des objets « inutiles » que tu gardes par sentimentalisme ?

Est-ce qu’il y a des objets qui te renvoient à des souvenirs compliqués ?


Est-ce un environnement qui respire l’abondance ou la précarité ?


Quand je parle d’abondance, je parle pas forcément de la profusion d’objets.

Est-ce que tu es entouré par de beaux objets ?

Est-ce qu’ils t’inspirent de la beauté et de la joie ?

Le minimalisme s’est imposé à moi à mesure que je travaillais sur mon épanouissement personnel.

J’ai réalisé à quel point mon environnement influençait mes émotions et la nature de mes pensées.

J’ai réalisé que je tentais d’accumuler des possessions matérielles comme un petit écureuil anxieux.

Plus j’avais d’objets et plus ça me donnait l’illusion d’être en sécurité.
Je tentais de construire ma confiance en moi par l’acquisition d’objets.

Attention alerte spoiler : c’est une idée de merde, haha.

L’environnement peut te stimuler.

Là, je suis en train d’écrire avec le nouvel album d’Eminem dans les oreilles.

Bon, tu vas croire que j’essaye d’en faire la promo mais c’est juste qu’il y a une putain d’énergie dans ses chansons à laquelle je suis hyper sensible.
Comme il rappe très vite, je me mets à marteler le clavier et à essayer de garder un rythme ultra élevé d’écriture.

C’est un jeu super amusant je trouve.

Je fais souvent ça quand j’écris.

L’environnement influence mon écriture.

Le roman d’action que j’ai terminé en début d’année ?

J’écoutais des remix de la B.O de James Bond.

Quand mon personnage principal se fait pourchasser en tuk tuk dans les rues de Chiang Mai, ça m’aidait d’écouter une musique ultra stimulante pour créer un rythme effréné.

L’environnement, c’est aussi les gens que tu fréquentes.

Toujours à la salle de sport la semaine dernière, je m’entraînais avec un entrepreneur français qui passe beaucoup de temps à Chiang Mai.
On attaquait notre séance d’abdos chacun de notre côté.

Puis on s’est naturellement retrouvé à la faire ensemble.

Et tu mets deux mecs ensemble, qu’est-ce qui se passe ?

Bah il y a spontanément un esprit de compétition qui émerge.

On s’est retrouvé à se tirer la bourre à la chaise romaine.

Il faisait 50 abdos sans s’arrêter.J’en faisais 51.Et il en faisait 52.Ainsi de suite.

C’est génial de s’entourer de personnes aussi stimulantes.

Des personnes qui te boostent. Des personnes qui te donnent envie de te dépasser.

Ça marche dans les deux sens.

Quand tu te retrouves entouré de personnes négatives qui détestent leur vie, ça peut te bouffer.

Il y a un gros paquet de personnes hypersensibles ou empathes qui suivent ce que je fais.

Elles savent très bien ce que je veux dire.

Leur spiritualité se manifeste par une grande capacité à ressentir ce que les autres ressentent.

Ce sont des éponges émotionnelles. C’est leur plus grande force.

Tiens, si tu es quelqu’un d’ultra sensible, j’ai envie de te le répéter une bonne fois pour toute.

Ça me fout les larmes aux yeux de l’écrire alors je suppose que ce message devait te trouver aujourd’hui.

Ta sensibilité est ta plus grande force.

Le monde a cruellement besoin de personnes sensibles.

Le monde a besoin de cette sensibilité que tu vois peut-être comme une malédiction.

La société valorise la force, la domination, la compétition.

T’es sensible ?

Tu vas te faire broyer par le système.

En fait, ce n’est pas vrai.

Si tu as cette sensibilité en toi, c’est parce que tu es là pour l’injecter dans notre expérience collective.

Mais si tu te caches et que tu en as honte, tu n’aides personne.

Surtout pas toi.

Reprenons…

Quand tu fréquentes des personnes négatives, tu peux te faire atteindre par leur négativité.

Les limites peuvent devenir les tiennes.

« Non, ça c’est pas possible ! »

Si tu décides de prendre ça pour argent comptant, t’es dans la merde.
Tu vas commencer à te créer une expérience subjective de la réalité ultra limitée.


Les limites des autres ne sont pas les tiennes.
Ce n’est pas parce qu’ils disent que c’est impossible que c’est vraiment le cas.


L’environnement peut te booster. Il peut te nourrir. Il peut favoriser ta croissance.


L’environnement peut entretenir ce sentiment d’être dans l’abondance plutôt que dans le manque.


L’an dernier, j’étais dans un environnement qui était plus fort que moi.
Je me trouvais dans une chambre de douze mètres carrés dans un foyer de jeunes travailleurs.


L’histoire est un peu longue mais j’avais quitté ma copine alors qu’on vivait en Espagne.


Et ça m’a forcé à enchaîner les situations complexes.


Jusqu’à me retrouver dans une petite chambre un peu crasseuse dans une zone industrielle.


Dur, dur.


Mon business aurait fait rêver beaucoup de salariés.


Un business qui tourne en semi-automatique et qui génère de l’argent.
Sauf que c’était ma source exclusive de revenus.


Et que ce n’était pas encore suffisant pour prospérer en France.


Mon environnement me renvoyait ma précarité en pleine gueule.
Ça entretenait mon sentiment de manque.


J’étais très conscient de la situation. Mais j’étais aussi contraint de reconnaître que mon environnement était plus fort que moi.


J’essayais de générer un sentiment intérieur de gratitude et d’abondance de toutes mes forces.


La réalité me balayait la face.


C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de me prendre un billet et de me tirer en Thaïlande.


Je voyais bien que j’avais beau lutter sur mon état d’intérieur, je n’arrivais pas à inverser la tendance.


Je savais qu’en restant dans cet état, j’allais continuer de me créer une réalité marquée par la précarité.

Changer d’environnement permet de changer son état intérieur


J’ai recommencé à ressentir l’abondance et la gratitude en débarquant ici.

Du soleil.

Des fruits frais.

Des gens souriants.

Des logements très abordables.

Des temples magnifiques où méditer.

T’as vu, j’ai fait un escalier ?

Et oui, quand tu changes d’environnement, ça fait comme quand tu montes un escalier.

L’environnement se met à influencer ta météo intérieure. Et lorsque la météo intérieure change, le monde que tu matérialises commence à suivre.

Ça part toujours de l’intérieur.

La réalité matérielle que tu expérimentes est teintée par tes pensées et tes émotions.

Fais toi larguer en plein été.

Tu verras que même si ton environnement est rempli de soleil, de joie et qu’il est propice au farniente, tu expérimenteras l’enfer.


Parce que ta réalité est subjective. Tu vis dans ton propre monde.
La manière dont tu te sens est capitale.

C’est important que tu observes tout ça en face.
D’ailleurs, je t’ai préparé 3 méditations offertes pour t’apprendre à observer ta météo intérieure.

Si t’es pas encore très bon à ça, rassure toi : j’étais super nul.


Je ne savais même pas qu’on pouvait faire ça.


Observer une pensée.

Observer une émotion.

Accueillir.

Garder son calme.

Observer depuis le silence.


Pfiou, ça change tellement tout.
Il y a une notion un peu complexe à intégrer.


C’est que l’environnement a une énorme influence sur toi.

C’est ce que j’ai longuement décrit dans cet article.
Mais en même temps, tu peux influencer cet environnement à ton tour.


C’est le principe de la Loi de l’Attraction.

C’est le principe d’être Créateur de sa Réalité.


C’est un truc qui coince chez beaucoup de sceptiques.
L’idée selon laquelle ils pourraient créer leur réalité, ça leur semble trop irrationnel pour être envisagé.


Et c’est vrai que c’est irrationnel à mort.
C’est pour ça que la méditation peut être la première marche de l’escalier.

En réalisant que ta conscience n’était pas séparée de ton environnement, ça sera beaucoup plus simple pour toi de comprendre « pourquoi » tu peux influencer ta réalité.


En ce qui concerne le « comment », ça sera une autre paire de manches.
J’en parle dans mon programme en ligne sur 21 jours.


Tu peux y jeter un oeil sur mon site internet dans l’onglet « Formations« 


Et si ces idées sont trop à l’opposé de ta vision actuelle du monde, j’ai écrit un texte qui se nomme l’escalier de la logique.


Est-ce que je suis fier de mon nouveau site internet au point d’en parler toutes les deux phrases ?


Absolument.
Et je le dois au travail de pro accompli par Michael Vanlofvelde.


C’est un webdesigner qui favorise les collaborations avec des personnes conscientes.


Tu peux le contacter de ma part si tu veux un site internet qui tabasse.

J’espère que ce texte t’a inspiré.

L’environnement, ce sont les articles que tu lis. Les vidéos que tu regardes, la musique que tu écoutes, les films et les séries que tu consommes, ce sont les gens avec qui tu passes du temps…

Choisis.

Choisis cet environnement avec soin.Il participe activement à celui (ou celle) que tu deviens.

Les parents.

Ça peut commencer comme ça.

On se met à croire que les membres de notre famille doivent graviter dans notre environnement aussi longtemps qu’ils sont en vie.

Je ne le crois pas.

Tes parents te tirent vers le bas ?

Ils empêchent ton développement personnel ?

Ils te minent le moral ou tentent de détruire ta motivation ?

Ils te mettent des bâtons dans les roues ?
Qui t’oblige à les garder dans ton environnement ?
Pourquoi tu entretiens ça ?
Parce que ça serait mal vu de ne plus parler à ses parents ?

Parce que ça serait triste ?
Il n’y a aucune obligation dans la vie.
Tu as toujours le choix.

Tu es le créateur de ta réalité.

3 MÉDITATIONS OFFERTES
Obtiens gratuitement tes 3 méditations offertes pour démarrer ta journée de manière positive.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Partager sur twitter