Comment vaincre la procrastination ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

La procrastination, c’est l’action qui consiste à repousser les choses au lendemain. Si tu es en train de lire cet article, c’est probablement parce que la procrastination a commencé à jouer de vilains tours dans ta vie.

Alors continue ta lecture jusqu’au bout, j’ai pas mal de choses à te dire à ce sujet.

Quels sont les dangers de la procrastination ?

C’est un sujet avec lequel il peut être facile de plaisanter. Après tout, c’est tellement humain de procrastiner.

Se mettre au sport, adopter une alimentation équilibrée, réduire sa consommation de tabac ou d’alcool, s’impliquer davantage dans des projets qui nous tiennent à coeur : on a tous déjà eu envie de s’y mettre.

Mais bien souvent, ce que nous faisons, c’est que nous misons sur l’avenir. Nous affirmons : « Là, ce n’est pas le bon moment, je m’y mettrai plus tard. »

La vérité, c’est que si tu ne t’y mets pas maintenant, il est trop tard. Tu souffres déjà de la procrastination. Et cela peut être dangereux.

Procrastiner, c’est prendre le futur comme un acquis. Or, combien de personnes se sont fait surprendre par la vie.

Non, rien n’est acquis. Surtout pas demain.

Et c’est d’ailleurs pourquoi il convient d’adopter une posture très humble vis-à-vis de notre expérience humaine. À chaque instant, cette expérience peut s’interrompre.

Le danger de la procrastination, c’est de passer à côté de sa vie. Ni plus, ni moins. C’est d’accumuler des regrets qui nous serviront de compagnons quand viendra l’heure de mourir.

Ce n’est pas forcément rigolo de lire de tels propos, j’en conviens. Je ne cherche pas à te choquer, je veux juste te rappeler la réalité de ce que tu es en train d’expérimenter en ce moment.

C’est une expérience matérielle. Ton corps, c’est une machine de pointe mais qui est vouée à la destruction. Voilà. J’ai plombé l’ambiance ? Désolé.

Le danger de la procrastination, c’est de vivre à crédit. C’est de miser sur l’avenir et d’avoir le regard toujours tourné vers cet espace perpétuellement ouvert aux deuxièmes chances.

La vérité, c’est que la procrastination est une maladie vicieuse qui repose sur l’invisibilité de ses conséquences. C’est discret, presque indolore. On ne se rend même pas compte qu’on en souffre.

Sur le long terme, les conséquences peuvent être tragiques. « J’ai des regrets« , c’est précisément ce qu’a entendu en boucle l’infirmière australienne Bronnie Ware.

Elle travaillait aux soins palliatifs. Des personnes en fin de vie, c’était ce qu’elle fréquentait le plus. Et du coup, elle a récolté de nombreux témoignages.

Lorsqu’ils sont sur le point de mourir, les gens regrettent. Ils regrettent de ne pas en avoir assez fait pour réaliser leurs rêves, ils regrettent leurs choix.

Si tu lis ce blog, c’est que tu portes normalement un certain intérêt au développement personnel. Normalement, tu dois avoir une certaine sensibilité à l’idée de vivre une vie choisie.

Tu n’as pas envie de subir ta vie. Tu n’as pas envie d’une vie médiocre. Et le plus important, c’est que tu as compris que c’était possible. La procrastination, c’est un peu l’obstacle sur ta voie.

Procrastiner, c’est céder à la facilité. Et c’est d’ailleurs pour ça que c’est le comportement le plus répandu. Ne te méprends pas, je ne t’écris pas ces mots d’une position supérieure. J’ai longtemps souffert de la procrastination.

Je suis resté abonné des années à Canal + et à Canal Satellite alors même que je ne regardais pas beaucoup la télévision. J’avais juste la flemme de me frotter au service des résiliations.

Noter une adresse. Rédiger un courrier. Me rendre ensuite à la Poste pour envoyer un courrier recommandé : c’était au-dessus de mes forces.

Mon niveau d’énergie et de motivation étaient beaucoup trop faibles pour être en capacité à aller au bout. C’était plus facile de payer. Et j’imagine que si c’est aussi difficile et éreintant de résilier un service payant, ce n’est pas par hasard. Mais ce n’est pas le sujet.

Comment vaincre la procrastination ?

Pour parvenir à vaincre la procrastination, il faut simplement que tu sois capable d’être plus fort(e) que ta tendance à repousser.

Si tu procrastines, c’est parce que tu te fais manipuler par ton propre mental.

Le mental, c’est cette partie de toi qui commente en permanence tout ce qui se produit dans ta réalité. Le mode d’expression du mental, c’est la pensée. Tu entends alors une multitude de pensées dans ta journée.

Quand tu décides d’écouter une pensée, tu peux te retrouver à renforcer un comportement. Quand une pensée se répète, c’est une stimulation qui peut ensuite engendrer le déclenchement d’une action. Si à chaque fois que la pensée se présente, tu reproduis le même comportement : tu la renforces encore et encore.

C’est comme ça qu’on se retrouve à avoir des schémas. La procrastination, c’est ni plus, ni moins qu’un conditionnement.

Tu t’es conditionné(e) à repousser.

Tu t’es entraîné à retarder et à procrastiner.

Ça semble un peu triste vu comme ça, je te l’accorde. Mais il y a en fait une excellente nouvelle derrière cette annonce.

La bonne nouvelle, c’est que tu peux changer. Tu peux tout à fait te reconditionner. Tu peux faire évoluer ce comportement et en adopter de nouveaux.

Devenir la meilleure version de soi-même

Mon rêve de petit garçon, c’était d’être auteur. Je ne sais pas si tu prends autant de plaisir à lire cet article que j’en prends à l’écrire.

Toujours est-il que l’écriture, c’est vraiment mon mode d’expression préféré. Et ça fait longtemps que c’est comme ça. Quand j’étais petit, donc, je rêvais d’être auteur. J’avais envie d’écrire des livres et d’être publié.

Le souci, c’est que même si mes professeurs et les personnes qui lisaient mon travail me reconnaissaient un certain talent, ça s’arrêtait là.

Pour devenir auteur, il faut écrire.

Et malheureusement, ma capacité de production était limitée. Je ne me sentais pas du tout capable d’écrire des livres. Je me disais que ça finirait par arriver, un jour.

Je ne savais pas trop comment. Je misais à fond sur l’avenir. J’espérais sans doute un miracle. Toujours est-il que si je ne m’étais pas pris une bonne grosse claque dans la face pour me réveiller, j’aurai fini ma vie avec d’immenses regrets.

Le plus tragique dans la vie, c’est quand tu sens ton potentiel à l’intérieur de toi mais que tu ne l’exprimes pas dans ta réalité physique.

Tu sens que tu as des compétences, des talents ou des aptitudes mais c’est comme si le tuyau d’arrosage pour les faire jaillir à l’extérieur était tordu.

Plus tard, je ferai ça plus tard.

Prendre conscience de sa propre mortalité peut être efficace. Quand tu réalises que tu n’as qu’une vie à ta disposition, tu commences à prendre conscience de la valeur de ton temps.

Mine de rien, c’est une richesse. Une ressource rare.

Impossible de l’échanger, ni de l’accumuler.

Quand c’est la fin de la partie, tu te fais éjecter. Et c’est pareil pour tout le monde.

Le meilleur moyen de vaincre ta tendance à procrastiner, c’est de bien prendre conscience dans tes tripes que tu vas mourir.

C’est un point de départ. Tu dois profondément te connecter à la manière dont fonctionne la réalité à ce niveau.

Dans nos sociétés modernes, la mort est un sujet un peu tabou. On essaye d’en parler le moins possible. C’est devenu un sujet gênant. On aseptise autant que possible ce processus qui est pourtant extrêmement naturel.

C’est comme si on tentait d’oublier qu’on allait mourir.

Parce que c’est vrai, ça ne nous met pas forcément très à l’aise de commencer à s’imaginer notre propre mort.

Forcément.

C’est pourtant une étape très intéressante pour parvenir à vaincre sa procrastination.

Quand tu prends conscience du temps qui s’écoule et qui te rapproche de l’échéance, tu as spontanément un peu moins envie de miser sur l’avenir.

Tu n’as plus envie de vivre à crédit.

Parce que tu as simplement prise conscience que ce n’était pas une approche réaliste.

Ce n’est pas le seul moyen de vaincre la procrastination. Il existe des méthodes, des stratégies et des techniques pour parvenir à gagner ce bras de fer mental avec ta tendance à procrastiner.

À quoi ressemblerait ta vie sans la procrastination ?

J’ai finalement réussi à écrire ce fameux livre et à être publié par une maison d’édition.

Mais ce n’est pas arrivé par accident. Ça n’est pas tombé du ciel.

Réaliser ses rêves, répondre à des aspirations profondes, ça demande d’avoir un plan. Et c’est peut-être ce qu’il te manque aujourd’hui ?

À quoi est-ce qu’elle ressemblerait ta vie si tu ne procrastinais pas ?

Imaginons que tu te regardes dans le miroir et que tu en tires la conclusion suivante : « Il faudrait que je perde quelques kilos »

Et s’il te suffisait simplement de mettre en place des actions concrètes pour y parvenir.

Après tout, c’est pas très compliqué de perdre de la masse grasse.

  • Réduire les apports en calories.
  • Boire beaucoup d’eau.
  • Manger davantage de légumes.
  • Faire de l’exercice pour augmenter ses dépenses énergétiques.
  • Réduire l’alcool, le sucre et les graisses saturées.

Mais si tu as déjà essayé de perdre du poids, tu as très certainement fait face à une toute autre réalité.

Changer ses comportements alimentaires et se mettre au sport : c’est faire face à d’imposantes résistances.

Et oui, elle est là la réalité.

Comment est-ce que tu tiens ta diète quand tu fais face à des émotions difficiles ou que ton niveau de volonté est faible ?

Imaginons pourtant que tu sois capable de faire face à ces résistances. Tu as développé un mental d’acier. Quand tu as décidé de faire quelque chose, ça ne pose plus de problème.

Les résistances se sont évanouies.

Et ça ne marche pas que pour la perte de poids.

Imaginons que tu décides d’écrire un livre ou de monter un business à côté de ton travail.

Des situations se présentent, il y a des tâches à accomplir.

Et calmement, tu passes à l’action.

Tu es concentré(e) et confiant(e). Ton niveau d’énergie est élevé, ce qui fait que lorsque ça coince : tu finis toujours par trouver une solution élégante et créative pour t’en sortir.

Tu ne repousses plus.

Quand il y a quelque chose qui attire ton attention dans ta vie, tu ne tentes pas de la camoufler sous le tapis. Tu es responsable et affirmé(e). Tu te contentes simplement de poser les actions nécessaires.

Au niveau de tes résultats, laisse moi t’aider à imaginer ce que deviendrait ta vie si tu étais capable d’avancer sans jamais reculer…

Imagine ce que j’ai ressenti quand j’ai découvert mon livre trônant fièrement sur les étalages d’une librairie populaire où j’avais l’habitude d’aller m’approvisionner.

Mais c’était moi.

Ce n’était pas toi. Qu’est-ce que toi tu ressentirais si tu te mettais à accomplir tes rêves ?

Si tu dégainais ton téléphone pour immortaliser un paysage que tu as vu des centaines et des centaines de fois « pour de faux ». Mais là, c’est plus « pour de faux », tu es sur place.

C’est quoi ton rêve ? C’est quoi ce projet bouillonnant que tu n’arrives pas à faire avancer ?

Imagine ce que ça ferait si c’était accompli. Si c’était réel. Si c’était aussi concret que cet article que tu es en train de lire en ce moment.

Qu’est-ce qu’on cherche à faire ?

Simplement à te permettre de matérialiser ou de manifester quelque chose d’aussi intangible et invisible qu’une idée.

Si tu as envie de visiter New York et que c’est ton rêve, il faut simplement arrêter de considérer cela comme un rêve.

Il faut commencer à appréhender cela comme un projet.

C’est très différent.

Un rêve, c’est ce à quoi on se met à penser quand l’instant présent devient inconfortable.

Je me souviens de discussions avec l’une de mes collègues de travail. Je lui racontais un petit-déjeuner imaginaire pris sur une maison sur pilotis aux Maldives.

L’eau était turquoise. Et la mangue fraîchement coupée était délicieusement juteuse.

Ma collègue me disait qu’elle en salivait à l’avance.

Pourtant, c’était juste un fantasme. Un délire, un jeu. Cela ne reposait sur rien de concret, c’était imaginaire.

Comme deux enfants qui joueraient aux gendarmes et aux voleurs. Cela ne fonctionne qu’à condition d’y croire.

Mais, tout comme, la mère des enfants pourrait s’avancer sur le pas de la porte pour leur intimer l’ordre de rentrer faire leurs devoirs, il en allait de même pour ma collègue et moi.

À la différence près que c’était le téléphone qui sonnait et qui nous interrompait dans nos rêveries. Nous étions rappelés à nos impératifs professionnels.

Manifester un rêve dans sa propre vie

J’aime bien ce verbe.

Manifester.

Pourtant quand je l’utilise, je ne pense pas du tout aux grèves et aux manifestations.

Non, je l’emploie en tant que synonyme du verbe « matérialiser« .

Manifester, c’est faire apparaître.

Qu’est-ce qui est plus sympa ? De rêvasser à la vie que tu voudrais avoir ou d’avoir un plan à suivre étape par étape qui te permettrait de t’en rapprocher au quotidien ?

Un plan qui, suivi à la lettre, te permettrait de vivre une vie riche et heureuse.

Ha mais tu sais, ça va avec.

Quand tu réalises tes rêves, cela te remplit de joie. Cela nourrit l’estime que tu te portes, cela augmente de manière considérable ton niveau de confiance en soi.

Quand je parle du bonheur, je parle d’un bonheur durable. Un bonheur qui ne repose pas sur des fausses aspirations égotiques.

Je parle d’être heureux en s’alignant avec les rêves qui, comme des graines, ne demandent qu’à germer et à se matérialiser dans notre vie.

Pour cela, il te faut un plan.

Il faut que tu suives un plan.

Et que tu suives les étapes de ton plan sans jamais les remettre au lendemain.

Si aujourd’hui ça coince, c’est peut-être parce que tu n’as pas encore trouvé ce que tu avais envie de manifester dans ta vie.

Tu n’as pas encore découvert ce que tu voulais vivre et expérimenter.

Je ne parle pas ici de possessions physiques même si, il faut le reconnaître, ça peut quand même faire partie de tes désirs.

Récemment, une personne me contactait pour une session de coaching en développement personnel.

Je lui faisais passer la page qui présente mes différentes offres.

Elle m’a répondu qu’elle devait y réfléchir et qu’elle reviendrait vers moi plus tard.

J’ai de suite décelé qu’il y avait un frein. Un blocage qui ferait que je n’entendrai plus jamais parler d’elle si je ne lui posais pas la question directement.

Elle m’a répondu que « c’était l’argent, le problème« .

Changer son mindset pour transformer sa vie

J’ai beaucoup de respect pour les personnes qui se trouvent dans des situations financières complexes.

Parce que je l’ai longtemps été.

Je me suis retrouvé à plus de 30 ans dans la chambre sale d’un foyer de jeunes travailleurs. C’était ça ou la rue. Autant te dire que cette chambre me convenait finalement très bien.

Je sais juste que lorsqu’on se trouve dans une situation financière complexe, il faut s’assurer d’adopter un mindset aidant.

Il existe deux types d’état d’esprit. L’état d’esprit qui se focalise sur la recherche de solutions et l’état d’esprit qui ne se concentre que sur les problèmes.

J’ai simplement rappelé à cette personne que l’argent n’était pas un problème.

De l’argent, il y en a partout. Et en abondance !

C’est une ressource incroyablement répandue sur terre. Le tout, c’était simplement de savoir comment la capter.

Elle m’a répondu qu’elle avait beaucoup apprécié ce petit échange.

Si son objectif, c’est de collaborer avec moi, il suffit simplement de tourner cette idée en plan.

Comment est-ce que je pourrais obtenir les moyens de me payer ses services ?

Ça fonctionne. Je m’en sers constamment de cette approche.

Au lieu de me placer dans une position de victime, je m’applique à chercher la solution. Quand je me mets en mouvement avec cette dynamique, je déploie mon énergie et mon esprit dans la bonne direction.

Il est capital d’avoir le bon état d’esprit pour vivre la vie de ses rêves. Vaincre la procrastination n’est qu’une formalité sur le chemin.

C’est l’un des premiers combats qu’il faudra mener. Cela ne sera pas aussi simple qu’on le voudrait mais ça vaut largement le coup.

Les bénéfices sont infinis.

Lorsque tu parviens à mettre ton focus dans une direction donnée tout en étant capable de retarder ta gratification, tu fais des bonds de géant.

Comment est-ce que le fait de vaincre la procrastination va changer ta vie ?

C’est très simple.

Ce qui permet de changer sa vie, c’est l’obtention de nouveaux résultats.

Si tu dégages l’obstacle qui se trouve entre ta petite personne et les actions que tu dois poser, qu’est-ce qui se produit ?

Bingo, tu commences à obtenir de nouveaux résultats.

Et ça va ensuite très vite.

Que se passerait-il si tu allais à la salle de sport 4 à 5 fois par semaine avec le sourire aux lèvres ?

Ça donnerait quoi si tu étais capable de bosser chaque jour du lundi au vendredi pendant une heure sur le projet d’écriture d’un livre par exemple ?

Il y a une règle incroyable en développement personnel, c’est l’effet cumulé.

Quand tu répètes inlassablement de petites actions, tu finis par en récolter les fruits.

C’est pas grand chose une heure par jour dans une journée.

C’est 1/24.

Mais quand c’est mis bout à bout, ça te permet de faire des progrès considérables.

Et là où ça devient intéressant, c’est quand ces progrès sont dirigés quelque part.

Courir comme un poulet sans tête, ça ne sert à rien. Cela va t’épuiser et te démotiver.

Tu as juste besoin d’un plan et de stratégies qui ont fait leur preuve.

C’est pour ça que je te propose un atelier en ligne offert pour vaincre la procrastination.

Tu peux t’inscrire en cliquant ici :

3 MÉDITATIONS OFFERTES
Obtiens gratuitement tes 3 méditations offertes pour démarrer ta journée de manière positive.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Partager sur twitter