Quel est le problème du scepticisme scientifique ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Quel est le principal problème du scepticisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui ?


Rappelons juste un élément : être un sceptique, c’est adopter une posture du doute. Le but du sceptique, c’est d’avoir la vision la plus claire et précise du réel afin de ne pas se faire berner ou de vivre dans une illusion.

Le problème du scepticisme, c’est qu’une donnée importante est oubliée dans l’équation.

La croyance est créative.


Et cela n’est possible que parce que l’expérience humaine est une expérience subjective.

En gros : vos croyances influencent votre expérience.
Si vous êtes un sceptique et que vous doutez, ce n’est pas anodin. Cela participe activement à l’expérience que vous faites.
Comme cette expérience de la réalité est subjective, vos propres croyances de sceptique influencent ce que vous vivez.
Le souci, c’est qu’un sceptique sincère doit, à un moment, être capable de « douter de son doute« .
C’est d’ailleurs ce qui, à titre personnel, me permet de distinguer les sceptiques sincères des autres.


Un véritable sceptique ne fera pas une chasse aux sorcières contre la médiumnité par exemple. C’est un phénomène que l’on observe actuellement et qui a pris pour cible Bruno Charvet alias Bruno le Médium.
Il est accusé d’être un menteur et d’être un charlatan.


Ce qui me gêne, c’est que ces sceptiques se prétendent sceptiques.
Selon moi, ce sont des croyants. Ils croient que la médiumnité est une connerie. Que cela n’existe pas. Alors ils attaquent une personne qui n’a pas les mêmes croyances qu’eux.


Vous avez dit obscurantisme ?

Euh ouais… alors même que le mouvement sceptique doit normalement prévenir ce genre de comportements.
Comme leur expérience de la réalité est subjective et que leurs croyances influencent ce qu’ils expérimentent : alors ils sont convaincus d’avoir raison.


Ils ne peuvent envisager un seul instant que leurs croyances puissent les priver d’expériences directes.

La réalité subjective

Et si cette réalité pouvait réagir à vos croyances ? Et si, comme c’est une expérience subjective, il était possible d’influencer ce que vous vivez ?
Le seul moyen de le savoir, c’est de mettre vos croyances à l’épreuve du réel. C’est la seule option possible.

C’est inconfortable, n’est-ce pas ?


C’est sûr que c’est plus facile de se prétendre sceptique et de continuer de tirer à boulets rouges sur tout ce qui échappe à notre vision personnelle du réel.


« Si je n’y crois pas alors c’est nécessairement bidon.

Si ce n’est pas rationnel alors cela n’existe pas… »


Voilà en substance ce qui me pose souci avec le scepticisme.
Être sceptique est selon moi l’approche la plus saine qui soit, quand il s’agit d’investiguer le réel.


Mais cela ne doit pas être confondu avec de la croyance déguisée.
Un sceptique doit être capable d’intégrer la subjectivité de son expérience.Il doit être capable d’éprouver sa croyance. Il doit pouvoir « douter de son doute »Il doit chercher à dépasser ces certitudes en les mettant à l’épreuve du réel.


Et ça, très peu de personnes seront capables de le faire. Parce que c’est inconfortable.Parce que cela pourrait impliquer de s’être trompé à un instant T.


« Et si je me trouvais dans un rêve et que je pouvais influencer cette réalité par mes pensées ? »


C’est une croyance. L’avez-vous seulement testé vous-même ?
Ou d’emblée, concluez-vous qu’elle est trop irrationnelle pour être expérimentée ?


Si vous venez de conclure que je devais être stupide pour proposer ce genre de croyances irrationnelles, c’est probablement que vous n’êtes plus dans le doute mais dans la certitude.


Ça serait quand même fâcheux de se prétendre sceptique et de passer sa vie dans une illusion, non ? 😁

3 MÉDITATIONS OFFERTES
Obtiens gratuitement tes 3 méditations offertes pour démarrer ta journée de manière positive.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Partager sur twitter