Un plongeon dans la réalité subjective

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Il y a deux manières d’appréhender la nature de sa réalité.


Dans cet article, je vais tenter de te détailler les avantages et les inconvénients de ces deux différentes approches.

Est-ce que je vais prendre un parti pris ?

Oui.

Car je suis passé de la première approche à la deuxième par accident en 2015.

C’est d’ailleurs ce qui va me permettre d’écrire sur le sujet.

Alors commençons par la première manière d’appréhender la nature de sa réalité.

1) La réalité objective

La première perspective part du principe qu’il existe, quelque part, à l’extérieur de toi une réalité qui serait objective.


En tant qu’individu, tu n’en as qu’une vision parcellaire et limitée.

Notamment car tes sens physiques sont faillibles.

Une illusion d’optique ?

Et paf, tu te fais tromper.

Lorsque tu appréhendes la réalité comme étant objective, tu supposes qu’elle est « séparée de toi ».

D’un côté, il y a la réalité. Et de l’autre, il y a toi en tant qu’individu.

Une personne qui appréhende sa réalité comme étant objective va être plus enclin à se tourner vers la méthode scientifique car c’est exactement le modèle qu’elle défend.

La méthode scientifique tend à comprendre le fonctionnement de la réalité en détruisant les biais de l’individu.

Et oui, l’être humain est tout aussi faillible que ses sens physiques.

Il trimballe une ribambelle de croyances personnelles qui peuvent influencer son jugement.

La méthode scientifique ne s’embarrasse pas des croyances personnelles.

Elle les rejette.

D’ailleurs, c’est l’une des raisons pour lesquelles les scientifiques doivent se confronter à des pairs lorsqu’ils avancent des théories et des conclusions diverses.

Ce qui compte, c’est ce qui va être scientifiquement démontré et surtout ce qui va résister à toutes les hypothèses.

La méthode scientifique se base sur des faits et des preuves tangibles

On cherche à tester et à pouvoir reproduire.
En aveugle.

En double aveugle.

C’est une méthode qui se veut extrêmement rigoureuse.

Avantages de la réalité objective :

Quand tu appréhendes ta réalité comme étant une réalité objective, tu as compris que tu pouvais te faire manipuler et tromper par tes sens physiques.


Mais l’avantage, c’est que ça peut générer une forme de méfiance et même d’humilité vis-à-vis du réel.

Une personne qui a adopté ce modèle va avoir tendance à lire et confronter les points de vue avant de se prononcer sur ce qui est « vrai » et ce qui ne l’est pas.

Elle va aussi avoir tendance à s’en référer à des autorités dans le domaine scientifique.

Avant de se prononcer sur un sujet, elle lira des articles et des revues.

Inconvénients de la réalité objective :

En général, la personne qui a adopté ce modèle appréhende une réalité lisse, neutre et rationnelle.


En effet, ce regard porté sur la réalité est assez limitant.

Si tu as adopté ce modèle, il y a des chances pour que ta réalité soit assez ennuyeuse par moment.

Elle peut même entraîner des états dépressifs.

Tant qu’un argument n’aura pas été démontré par toute la communauté scientifique, tu suspendras ton jugement.

L’inconvénient, c’est que tu ne pourras pas t’empêcher d’avoir des croyances et des certitudes.

Tu pourras par exemple attendre de la communauté scientifique qu’elle fasse des avancées afin que tu puisses actualiser tes croyances en toute sécurité.

Mais en attendant, tu ne pourras pas empêcher ton système de croyances d’avoir des idées sur la question.

Vie après la mort ?

Possibilité de sortir de ton corps ?

Médiumnité ?

Rien qu’avec ces trois sujets, tu as nécessairement un premier avis sur la question.

Et c’est d’ailleurs là où le sceptique scientifique se fait souvent avoir à son propre jeu.

Il peut perdre de vue que son système de croyances est assez binaire.
Il est impossible d’empêcher son système de croyances d’avoir un avis plus ou moins solide sur un sujet.

Est-ce que Dieu existe ?

Oui ou non.

Cet avis sera basé sur la somme de toutes les expériences passées de l’individu.

Même s’il peut se targuer d’utiliser le rasoir d’Ockham, l’individu aura une première idée sur la question.

Même si c’est l’idée la plus rationnelle et la moins coûteuse.

C’est comme ça.

C’est un inconvénient notoire car certaines personnes qui se revendiquent du mouvement sceptique peuvent perdre de vue qu’elles ne doutent plus.

Elles peuvent se mettre à débunker à tout va toutes les affirmations qui ne correspondraient pas à leurs propres croyances.

Même si ces croyances se sont établies au regard des connaissances scientifiques actuelles.

D’ailleurs, il n’est pas rare que l’individu se sente extrêmement protégé par la méthode scientifique.

Il aura d’ailleurs le sentiment sincère de détenir la vérité.

Une vérité qu’il n’hésitera pas à propager.

Pourtant (et c’est ce que l’on va voir dans la deuxième partie de cet article), il serait bon de ne pas oublier l’influence de nos propres croyances personnelles.

Le sceptique n’est pas immunisé contre le biais de confirmation.

Enchaînons !

2) La réalité subjective

Le modèle de réalité subjective est beaucoup plus complexe car il inclue de nombreux paramètres de la réalité objective.


La réalité subjective, c’est reconnaître que la réalité dans laquelle tu te trouves : c’est TA réalité.

Tu en es le dénominateur commun.

C’est réaliser que tout ce que tu perçois est toujours corrélé à ta propre présence.

Dans ce modèle de réalité, tu réalises que rien ne peut échapper au caractère subjectif de ton expérience.

Tous les phénomènes sont toujours perçus à travers toi.

Mieux : c’est parce que tu es conscient que tu peux les percevoir.

Cette perspective est extrêmement inconfortable lorsque tu as toujours fonctionné selon le modèle de la réalité objective.
Pourtant, c’est un modèle extrêmement solide qui résistera à toutes les affirmations.

La particularité de ce modèle de réalité, c’est qu’il peut-être accidentel.
Des petites phrases comme :

« Tu te trouves dans ton propre bocal »

« Tout ce que tu perçois dans ta réalité dépend du fait que tu en sois l’observateur »

« Ça existe parce que TU existes »


peuvent aider à pointer du doigt les failles du modèle de la réalité objective.

Dans ce modèle de la réalité, il n’existe pas de réalité séparée de soi.
Il n’y a qu’une seule réalité et c’est celle qui est en train d’être expérimentée en cet instant.

Il faut cependant faire attention à un détail qui a son importance.

Les détracteurs de ce modèle de réalité le confondent avec le solipsisme, une théorie philosophique.

Théorie d’après laquelle il n’y aurait pour le sujet pensant d’autre réalité que lui-même (source Wikipédia)

Elle est critiquée comme étant une vision égocentrée de la réalité.

Pourtant, l’individu qui adopte ce modèle de la réalité ne dit pas qu’il est le seul être pensant de l’Univers.

Il a simplement reconnu qu’il n’existait pas de séparation entre sa réalité et lui-même.

L’ego est vu comme une construction mentale temporaire perçu par la conscience-témoin.

Les pensées ? Elles apparaissent et disparaissent au sein de la conscience.
Le corps physique ?Il est perçu par la conscience.
Les émotions ?Idem.
Un autre être humain ? Toujours pareil, perçu par la conscience.

Ce modèle de réalité est inclusif

Il englobe absolument tout ce qui est perçu.


Chaque événement, même insignifiant, est toujours perçu par la conscience.

Les inconvénients de ce modèle de réalité :

Quand on se met à adopter ce modèle de réalité, cela peut être extrêmement inconfortable.


C’est un peu la même chose que de devenir lucide pour la première fois dans un rêve nocturne.

C’est déstabilisant, nouveau et même un peu effrayant.

Il peut d’ailleurs persister une période plus ou moins longue d’acclimatation.

Et il n’est pas rare qu’un individu ayant découvert le caractère subjectif de sa propre réalité finisse par se retrancher à nouveau derrière son ancien modèle de la réalité.

J’ai ressenti la volonté de mon mental de se tourner vers mon ancien système de croyances à de nombreuses reprises.

Mais hélas, c’était trop tard.

L’ancien modèle de réalité auquel j’adhérais était « cassé » ou « obsolète ».

Impossible de l’adopter à nouveau.

C’est comme de vouloir enfiler un tee-shirt que tu adorais quand tu étais enfant.

Il te sécurise, tu as sûrement de l’affection pour ce vêtement mais hélas, tu ne rentres plus dedans.

Avec le nouveau modèle de réalité, il faut tout réapprendre.

Ce modèle de réalité met en lumière l’influence de nos propres croyances mais surtout de notre ignorance personnelle.

« Je ne sais pas ce que je ne sais pas »

« Mes croyances influencent ce que j’expérimente »

Dans un modèle de réalité subjective, l’individu a compris qu’il était tributaire de ses propres connaissances personnelles.

S’il ne sait pas quelque chose ?

Eh bien, il y a des chances pour que ça puisse influencer les conclusions qu’il pourrait être amené à tirer.

L’autre inconvénient de cette manière d’appréhender le réel, c’est qu’elle peut amener l’individu à s’écarter complètement de la méthode scientifique.

Il peut y avoir une forme de défiance des autorités scientifiques.

Quand l’individu adopte le modèle de réalité subjective, il ouvre la porte à l’émergence de nouvelles expériences.

Dans le modèle de réalité objective, c’était impossible. La croyance bridait l’émergence de nouveaux phénomènes.

Ce que l’individu prenait pour vrai influençait profondément ce qu’il expérimentait dans sa propre réalité.

Il expérimentait surtout des phénomènes conformes à son sytème de croyances.

La défiance vis-à-vis de la communauté scientifique et des sceptiques en général peut être plus ou moins marquée.

Pourtant, il existe de nombreux phénomènes qui sont objectivables dans cette expérience humaine.

Et c’est ce qu’avanceront les sceptiques.

« Mais la gravité, c’est un phénomène objectif. Tout le monde en fait l’expérience. »

Oui, c’est vrai.

Mais ce n’est pas un « phénomène objectif ».

C’est toi qui expérimente la gravité. Depuis ta réalité subjective.

La gravité fait partie des règles de ta réalité. Et elle fait aussi partie des règles de ma réalité.

Mais ce phénomène n’est observé qu’à travers nos subjectivités respectives.

Et ça sera la même chose pour l’ensemble des phénomènes.

Il y a des éléments objectivables au sein du réel.

On pourrait les présenter comme des règles universelles et absolues.

Mais encore une fois, ces règles seront toujours perçues par toi-même.

Rien n’échappe à ta propre subjectivité.

Pour prendre un petit exemple, c’est un peu comme lorsque tu utilises un

émulateur de Super Nintendo (la console) sur un ordinateur Windows.
Imaginons que tu lances le jeu Super Mario World depuis ton émulateur.

Le jeu qui s’affiche ?

Un jeu de Super Nintendo avec des graphismes de Super Nintendo.

Le jeu a été codé selon les règles de programmation de la Super Nintendo.

Pourtant, à bien y regarder, il ne faudra pas oublier qu’il est émulé depuis un ordinateur Windows.

C’est la même chose avec n’importe quel élément du réel.

Tu peux prendre n’importe quoi. Cela sera toujours la même chose.

« Oui mais n’oublie pas que c’est perçu depuis ta propre conscience »

« C’est toi qui perçois »

« Qui observe le phénomène ? Toi, toujours toi… »


L’inconvénient de ce modèle de la réalité, c’est lorsqu’il se produit un phénomène de grande ampleur comme une pandémie mondiale par exemple.

« Est-ce que ma réalité subjective essaye de me dire quelque chose ? »

« Est-ce qu’il y a un message ? Une indication ? »


Même si le phénomène semble « objectif » au sens où tout le monde est touché, l’individu qui évolue dans sa réalité subjective peut tenter d’en appréhender le sens pour lui-même.

Et cela peut être un inconvénient car aucune réponse toute faite ne conviendra.

Le sens d’un événement ?

C’est toujours à soi de le trouver…

Et bien entendu, cela peut amener à des erreurs d’interprétation.

« Est-ce un signe ? Un message ? »

Pas toujours évident d’y voir clair.

Et je termine avec un dernier inconvénient très présent, celui d’être plus enclin à adhérer à des théories du complot.

La personne peut se retrouver à rejeter constamment le discours « mainstream » et aura plutôt tendance à adhérer à des théories plus ou moins fantaisistes.

C’est un vrai danger de l’approche subjective.

Les avantages de la réalité subjective :


Il existe de nombreux avantages à appréhender sa réalité selon le modèle subjectif.


La vie devient une expérience extrêmement ludique.

Il y a une interaction permanente entre l’individu et sa propre réalité.

Il est possible de co-créer son expérience.

Cette approche toujours dualiste est très plaisante.

La réalité est reconnue comme un jeu (ou une forme de rêve) dans laquelle il est possible de manifester ce que l’on souhaite.

Il est alors possible de créer ses propres synchronicités.

Il est possible d’influencer le cours des événements par le seul pouvoir de ses pensées.

La vie devient un terrain de jeu illimité.

Des limites ? Où ça ?

C’est un modèle de réalité qui fait la part belle à l’imagination.

L’individu se sent protégé et guidé par sa propre réalité.

Il reconnaît le caractère intelligent de sa réalité.

Et le sens de l’humour qui va avec.

La réalité n’est plus objective, neutre et lisse.

C’est une puissance intelligente avec laquelle il est possible d’interagir, de jouer et de créer.

Parmi les autres avantages de ce modèle de la réalité, les épreuves et les moments difficiles ne sont plus vécus de la même manière.

Il est beaucoup plus facile de développer sa capacité de résilience.

Vie après la mort ?

Sortie de corps ?

Médiumnité ?

Il n’est plus question de croyances mais d’expériences.

Quand les expériences sont franches, directes et surtout répétées, il n’est plus possible d’adhérer au modèle de la réalité objective.

« Si je suis capable de sortir de mon corps ou que j’expérimente la clairvoyance depuis ma réalité subjective, quelle va être l’incidence d’un article sceptique sur la question ? »

Aucune.

Une fois que cela a été vu, vécu et expérimenté à la première personne, il n’est plus possible de revenir en arrière.

Les attaques comme :

« Tu es aveuglé par tes propres croyances »

« Tu crois à des choses totalement irrationnelles »

« Tu es un gourou »

« Tu affirmes des choses que tu ne peux pas prouver »

« Tu manques cruellement d’intelligence »

« Tu n’as jamais été sceptique comme tu l’affirmes » peuvent être désagréables.


Comment prouver à quelqu’un que sa réalité est subjective ?

C’est aussi difficile que de tenter de prouver à quelqu’un qu’il existe.

Il est impossible de s’extraire de sa réalité subjective.

Mais si l’individu regarde au mauvais endroit, il continuera de croire au modèle de la réalité objective.

« Je donne 10 000€ à la personne capable de me démontrer que ma réalité n’est pas subjective »

J’ai lancé ce défi sur Twitter.

Évidemment, c’est un clin d’oeil assumé au « One Million Dollar Paranormal Challenge » de James Randi.

En version française, il s’agit du défi zététique international.

À l’époque de sa création en 1986 par le physicien Henri Broch, le service télématique Minitel 36 15 ZET (abréviation de Zététique) avait lancé un véritable défi aux soi-disant détenteurs de pouvoirs paranormaux avec la formule suivante :

« Vous prétendez avoir des pouvoirs : prouvez-le ! »

Le prix était conçu sur le principe de raisonnement qui considère que c’est à la personne qui affirme détenir un pouvoir quelconque d’en faire la preuve, et non pas aux scientifiques de démontrer le contraire et que c’est une des bases de la méthode scientifique (et de la logique) que ce soit à celui qui prétend détenir des faits ou des théories nouvelles de les démontrer.

En février 2002, soit au terme de quinze années, le défi a été clos, le prix restant non attribué, tous les candidats ayant échoué à apporter la preuve d’un phénomène paranormal. Il a été mis un terme au défi non en raison du prix (jamais attribué), mais du coût en temps et en énergie de l’expérimentation, face à de trop nombreuses candidatures fantaisistes. (Source Wikipédia)

Il est impossible de démontrer un phénomène de manière objective s’il repose sur la subjectivité de l’expérience.

C’est pour cette raison qu’il ne sera jamais possible de démontrer scientifiquement que la médiumnité puisse être une réalité.

Idem pour la vie après la mort.

Si l’individu observe sa réalité selon le modèle de réalité objective, comment est-ce qu’il sera possible de lui faire expérimenter quelque chose d’autre ?

Ça ne sera pas possible.

Comment un défunt pourrait entrer en contact avec toi si tu es totalement opposé à l’idée que ça puisse être possible ?

Comment pourrais-tu expérimenter par toi-même la sortie de corps si tu crois que c’est impossible ?

Conclusion :

Je termine cet article avec une simple invitation.


Et si ta réalité était constamment en train de communiquer avec toi ?
Et si elle tentait d’élargir ton champ de conscience ?
Et si elle tentait amoureusement de chatouiller tes certitudes ?
Une seule manière d’en avoir le coeur net :

Être véritablement sceptique. Douter de ton doute. Mettre tes croyances sur le grill.

Quand les phénomènes viendront taper à ta porte, tu seras toujours libre d’ouvrir ou non.

Ma porte s’est faite fracasser en 2015.

Je n’avais rien demandé mais c’était le bon moment : l’univers y est allé à coup de voiture bélier, haha

J’ai sauté tête la première dans le terrier d’Alice aux Merveilles.

Je ne savais pas ce que j’allais trouver…

Depuis, il est difficile de ne pas être en amour avec cette incroyable expérience humaine.

Si tu souhaites creuser ce sujet, sache que j’ai écrit un ouvrage sur la réalité subjective. Il parle également de méditation mais son sujet est bien plus profond que la seule pratique de la méditation.

Il est notamment question d’apprendre à influencer sa réalité subjective.

Tu peux feuilleter gratuitement un extrait sur la page de présentation d’Amazon.

En savoir plus sur ce livre…

Bonne exploration à toi !

3 MÉDITATIONS OFFERTES
Obtiens gratuitement tes 3 méditations offertes pour démarrer ta journée de manière positive.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Partager sur twitter